Climb ouvre

son capital !
  1. Accueil

  2. Comment réduire ses impôts ? (Notre guide)

  3. Comment réduire ses impôts sans investir ?

Comment réduire ses impôts sans investir ?

avantages fiscaux sans investir
Marine-Sophie Brudon
Marine-Sophie Brudonrelu parMartin Cortet

Mis à jour le 03 août 2022

On entend souvent que, pour réduire ses impôts, il faut passer par l’immobilier ou par l’investissement dans des entreprises. S’il est certain que les dispositifs type loi Pinel offrent aux particuliers des avantages fiscaux non négligeables, il n’est pas pour autant impossible de réduire sa pression fiscale sans investir. Au contraire, nombreuses sont les situations donnant droit à des déductions fiscales, des crédits et des réductions d’impôts. Êtes-vous concerné ? On fait le point.

Comment réduire ses impôts facilement ?

Vous cherchez à réduire vos impôts facilement sans passer par l’investissement ? Certaines bonnes pratiques vous permettent effectivement d’optimiser votre fiscalité à moindre coût :

  • les avantages fiscaux liés à la situation familiale,
  • les aménagements de logement,
  • l’emploi d’un salarié à domicile,
  • la déclaration de revenus à remplir efficacement,
  • les dépenses et les dons

Vous l’aurez compris, la pierre n’est pas votre seule option. En combinant intelligemment déclaration de revenus optimisée et dépenses familiales, votre fiscalité s’en trouvera adoucie sans effort.

Les situations familiales qui réduisent vos impôts

Faites garder vos enfants

Nombreux sont les parents à faire garder leurs jeunes enfants : crèche, garderie, assistante maternelle… Tout cela a un coût, on s’en rend compte bien assez vite. Heureusement, ces dépenses impactent également votre fiscalité.

En effet, un crédit d’impôt est prévu pour pallier les frais de garde des jeunes enfants hors de votre domicile. Il correspond à 50 % du montant engagé. Quelques conditions cependant :

  • les frais de nourriture ne sont pas pris en compte,
  • les enfants doivent être âgés de moins de 6 ans au 1er janvier de l’année correspondant aux revenus,
  • en cas d’union libre des parents, celui qui a l’enfant à charge sera le seul bénéficiaire de ce crédit d’impôt,
  • en cas d’union libre et de prise en charge partagée de ces frais, le crédit d’impôt sera partagé entre les deux parents.
  • les frais de garde sont plafonnés à 2 300 euros par enfant ou 1 150 euros dans le cas d’une résidence alternée.

Bon à savoir
Ce crédit d’impôt s’inscrit dans le dispositif d’avance immédiate du crédit : le versement d’un acompte de 60 % de son montant sera versé en janvier de l’année qui suit celle des dépenses.

Les études contre l’imposition

Si votre enfant suit des études, une réduction d’impôt sur le revenu vous attend !

La délivrance d’un diplôme pour votre enfant rattaché permet une réduction par enfant de 61 euros au collège, 153 euros au lycée et 183 € à l’université.

Ici aussi, la résidence alternée de l’enfant conduit à la division de la réduction d’impôt en deux.

La prime compensatoire

En cas de divorce, il n’est pas rare que l’un des deux membres du couple verse une prestation compensatoire prenant la forme d’une pension. Pour la personne qui effectue ces versements (en une seule fois ou fractionné sur l’année), il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôt à ce titre, à hauteur de 25 % du montant versé sur une période de 12 mois. 

Cet avantage fiscal est également plafonné à 30 500 euros sur cette période. 

Les dépenses et les dons

Faire un don pour baisser ses impôts n’est pas une pratique nouvelle. En effet, tout don à une association vous offre une réduction d’impôt de 66 ou 75 % de son montant. Trois conditions pour que l’association choisie soit éligible :

  1. elle doit être à but non lucratif,
  2. son objet social et sa gestion doivent être désintéressés,
  3. elle ne doit pas profiter à un nombre limité de personnes.

Aussi, les associations culturelles, les œuvres caritatives, philanthropiques, éducatives, familiales, reconnues d’utilité publique ou encore les fonds de dotations (parmi tant d’autres) sont autant d’organismes auxquels vous pouvez faire des dons tout en réduisant vos impôts.

Les dons concernés peuvent prendre la forme de versements d’argent, de dons en nature, de renonciations de revenus ou encore de frais engagés par des bénévoles.

Dans le même ordre d’idée, l’emploi d’un salarié à domicile est l’une des niches fiscales les plus appréciées des contribuables. Nul besoin d’être propriétaire ou bailleur : tant que vous remplissez les conditions de dépenses éligibles, vous pouvez avoir droit à ce crédit d’impôt qui porte sur les dépenses suivantes (liste non exhaustive) :

  • le soutien scolaire,
  • les travaux de jardinage et de bricolage,
  • la garde d’enfants,
  • les travaux ménagers,
  • l’assistance informatique et administrative,
  • les promenades et les soins d’animaux de compagnie (hors toilettage et soins vétérinaires), etc.

Les articles D7231-1, D7233-5 et L 7231-1 du Code du travail vous donnent la liste complète de ces dépenses.

En ce qui concerne l’avantage fiscal, il prend la forme d’un crédit d’impôt à hauteur de 50 % des frais engagés, avec un plafond annuel de 12 000 euros.

L’aménagement de son logement

Au cours d’une vie, un logement évolue pour s’adapter à son occupant. C’est d’autant plus vrai lorsque le fil du temps se déroule et qu’on perd en autonomie. Aussi, l’administration fiscale prévoit également des avantages fiscaux pour aider nos aînés à se sentir bien chez eux.

Un crédit d’impôt est prévu en compensation des dépenses liées aux équipements en faveur des personnes âgées ou handicapées. Ces équipements devront être fournis et installés après réalisation des travaux (si besoin) par un seul et même organisme avec justificatif par facture.

En fonction de cette dernière, le crédit d’impôt pourra être calculé d’après le coût des équipements et de la main-d'œuvre. Le plafond mis en place est pluriannuel, ce qui signifie qu’il s’étend sur plusieurs années et non sur une. Ici, on parle d’une période de cinq ans, et le montant de dépenses maximum est de 5 000 euros, ou 10 000 euros pour un couple.

Bien remplir sa déclaration de revenus

On parle sûrement ici du moyen le plus simple pour réduire ses impôts, sans notion d’investissement ! En effet, trop nombreux sont les contribuables à passer à côté d’économies d’impôts qui leur sont dues, faute de connaissances à ce sujet.

Florilège des cases à ne pas oublier au moment de déclarer vos revenus :

  • case L : si vous êtes un parent célibataire,
  • case P : pour déclarer une pension d’invalidité,
  • case T : si vous êtes un parent isolé,
  • case 1AJ : si vous avez effectué des heures supplémentaires,
  • case 6EL et 6EQ : vous avez versé une pension alimentaire,
  • case 6NS : vous avez versé des sommes sur un Plan d'Épargne Retraite,
  • cases 7UD, 7UJ et 7UF : vous avez fait des dons à des associations éligibles,
  • case 7GA : vous avez fait garder votre enfant,
  • cases 7EA, 7EC et 7EF : vos enfants suivent des cours au collège, lycée ou établissement d’études supérieures,
  • case 7WJ : vous avez réalisé des dépenses pour améliorer l’accessibilité de votre logement aux personnes handicapées ou âgées,
  • case 7DQ : vous avez employé un salarié à domicile, etc.

Que peut-on déduire des impôts sans justificatif ?

De manière générale, l’administration fiscale demande rarement à joindre les justificatifs. Mais, mieux vaut les avoir sous la main très rapidement en cas de demande ! En effet, le service des impôts peut tout à fait vous faire une demande de présentation de justificatifs, il vous faudra les présenter, et ce pour la grande majorité des situations et dépenses donnant droit à un crédit ou une réduction d’impôt.

Quelles charges déduire des impôts ?

Il est possible de déduire certaines dépenses et charges de votre revenu imposable. Concrètement, vous diminuez vos revenus annuels sur lesquels l’administration fiscale se base pour calculer le montant d’impôt dû. 

Plusieurs charges peuvent ainsi être déduites : la pension alimentaire, les versements sur un Plan d’Épargne Retraite, les frais d’accueil d’une personne âgée, les déficits professionnels et fonciers, les rachats de trimestres de retraite, etc.

Sources

Dons aux associations : à quelle réduction d’impôt pouvez-vous avoir droit ? - economie.gouv.fr

Emploi à domicile - impots.gouv.fr

Aide à la personne - impots.gouv.fr

Déductions liées à la famille - impots.gouv.fr

Impôt sur le revenu - Pension versée à son ex-femme ou ex-mari - service-public.fr

Foire aux questions

🤝 Où placer son argent pour ne pas payer d’impôts ?

Comment payer moins d'impôts en France ? La réponse la plus évidente : les livrets d’épargne réglementés. En effet, les livrets A, LDDS et autres LEP ne sont pas imposables. Une bonne affaire ? Pas si sûr. Leur fiscalité avantageuse peine à contrebalancer leurs rendements trop faibles au vu de l’inflation actuelle. Autrement, certains produits d’épargne type PER et PEA permettent d’investir. Les plus-values sont certes imposées, mais vous avez d’autres avantages fiscaux en contrepartie.

🤝 Comment réduire ses impôts en 2022 ?

Pour réduire efficacement le montant de ses impôts en 2022,  investir dans l’immobilier reste un choix classique. Le dispositif Pinel, fer de lance de l’immobilier locatif défiscalisant, a les faveurs des investisseurs avec des réductions d’impôts pouvant grimper jusqu’à 21 % du prix du bien. Autrement, l’investissement dans des entreprises via des dispositifs type Girardin industriel ou des fonds communs de placement est également plébiscité.

🤷 Quel montant pour ne pas être imposable en 2022 ?

En 2022, un célibataire n’est pas imposable si son revenu net imposable n’excède pas 15 547 euros sur l’année. Pour un couple marié ou pacsé sans enfant, ce seuil est de 29 008 euros.

🤝 Comment réduire ses impôts à la retraite ?

Au moment de la retraite, on a rarement envie de se lancer dans un projet immobilier locatif. Néanmoins, il existe bon nombre de moyens pour réduire ses impôts sur le court terme : le Girardin industriel, pour aider au financement de projets d’entreprises dans les DROM, permet une défiscalisation dite “one-shot”. Comprenez par là que vous bénéficiez d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 130 % de la somme investie, et ce dès l’année suivant votre placement. Autrement, les travaux d’adaptation du domicile et l’emploi d’un salarié à domicile sont autant de dépenses permettant d’accéder à des avantages fiscaux, même à la retraite !