1. Accueil

  2. Comment réduire ses impôts ? (Notre guide)

  3. Où placer son argent pour ne pas payer d'impôts ?

Où placer son argent pour ne pas payer d'impôts ?

Où placer son argent pour ne pas payer d'impôts ?
Basile Alexandre

Basile Alexandre

Mis à jour le 16 juin 2022

Comment placer son argent pour payer moins d’impôts ? L’éternelle question qui ne trouve pas toujours réponse ! Pourtant il existe une multitude de placements afin de payer moins ou pas d’impôts. Du traditionnel livret A, à l’assurance-vie en passant par le PER, ce ne sont pas les choix qui manquent. Climb vous donne toutes les clés pour faire les meilleurs placements. Ne passez plus à côté de vos économies d’impôts et suivez le guide ! 

Les livrets d’épargne non imposables 

Pourquoi réduire ses impôts quand on peut ne pas en payer du tout ? Livret A, livret de développement durable, livret d’épargne populaire… Vous les connaissez tous, ils font désormais partie de votre quotidien. Ce sont d’ailleurs, pour la plupart, les placements préférés des Français. Et pour cause, ils permettent de placer votre argent en toute sécurité et les fonds sont disponibles à tout moment. Idéal pour y placer son épargne de précaution, donc, mais déconseillé si vous cherchez à bénéficier d’un rendement intéressant. Tour d’horizon.

Le livret A 

Le fameux livret A ! Qui n’en a pas ? Il faut dire qu’il est si simple d’utilisation, qu’il serait dommage de s’en priver. Ses fonds sont disponibles à tout moment, il est sans frais et les intérêts versés sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. 
Il est accessible à tous. Que vous soyez majeur ou mineur, la seule condition est que vous ne disposiez que d’un seul Livret A.
Le taux d’intérêt a augmenté au 1er janvier et est passé à 1 %. Son plafond est toujours fixé à 22 950 € et 76 500 € pour une association. C’est l’État qui fixe le taux d’intérêt, 2 fois par an. Tous les établissements bancaires peuvent proposer le livret A.

Le LDDS

Le livret de développement durable et solidaire (ancien Codevi) est un produit d’épargne rémunéré dont les fonds sont disponibles à tout moment. Tous les établissements bancaires peuvent également le proposer. Le plafond du LDDS est de 12 000 €. Tout comme le Livret A, son taux de rémunération est de 1 % et ses intérêts sont exonérés d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

La fiscalité de l’assurance-vie

L’assurance-vie reste toujours le produit d’épargne préféré des Français. L’une des raisons et qu’elle n’est pas taxable durant la phase d’épargne. En effet, vous n’êtes imposable qu’à l’occasion d’un retrait sur votre contrat d’assurance vie et uniquement sur la part d’intérêt retirée. Et cela, en fonction de la durée de votre contrat d’assurance vie et de la date de vos versements. Essayons d’y voir un peu plus clair.

Taux appliqué avant 8 ans

L’assurance-vie est un produit d’épargne à moyen/long terme. Vous l’aurez compris, la durée de détention d’un contrat influe considérablement sur le taux de taxation appliqué aux retraits sur une assurance-vie. Avant huit ans, le régime est ainsi toujours moins favorable à l’assuré. Il faudra donc être patient ! On doit toutefois distinguer deux cas.

Les versements faits avant le 27 septembre 2017

Deux choix s’offrent à vous dans cette situation. Soit vous intégrez ces intérêts à votre déclaration de revenus qui sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu en fonction de votre tranche d’imposition. Soit vous appliquez le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) dont le taux diminue en fonction de l’ancienneté de votre contrat d’assurance vie :

  • 35 % en cas de rachat avant 4 ans,
  • 15 % en cas de rachat entre 4 et 8 ans,
  • 7,5 % à partir de 8 ans.

Les versements effectués à partir du 27 septembre 2017

La fiscalité de l’assurance vie a connu pas mal de changements depuis la loi de finances 2018. En effet, nous avons vu arriver le prélèvement forfaitaire unique (PFU), aussi appelé « flat tax » qui est fixé selon la durée du contrat :

  • moins de 8 ans : 12,8 %
  • plus de 8 ans : 7,5 % pour les intérêts correspondant à des versements de 150 000 euros maximum et 12,8 % pour les intérêts correspondant à des versements supérieurs à 150 000 euros.

Taux appliqué après 8 ans

La fiscalité du contrat s’allège nettement. Peu importe, la date à laquelle vous avez fait vos versements. Tout retrait d’argent bénéficie d’un abattement fiscal sur les gains taxables :

  • 4 600 euros par an pour une personne seule.
  • 9 200 euros par an pour un couple marié ou pacsé.

Se constituer une épargne retraite

Le PER est un produit d’épargne retraite pour placer son capital jusqu’à son départ en retraite. Sauf cas de déblocage anticipé pour accident de la vie ou pour acquérir votre résidence principale. De plus, il est accessible à tous ! Son principal avantage, c’est que les sommes versées sont pratiquement entièrement déductibles de l’impôt sur le revenu (dans certaines limites selon le type de versement). 

Ce plafond de déduction peut correspondre à : 

  • 10 % de vos revenus professionnels de l’année N-1 (hors cotisations sociales et frais professionnels), le cas échéant la déduction est de 32 909 euros en 2022, maximum.
  • 4 114 euros.

Le plafond appliqué correspond au montant le plus élevé entre ces deux critères.

Depuis le 1er octobre 2019, 3 nouveaux contrats ont fait leur apparition avec la loi Pacte : 

  • le PER Individuel ; 
  • le PER Obligatoire ; 
  • le PER d’entreprise Collectif. 

Ces Plans d’épargne retraite peuvent avoir des modalités d’alimentation différentes. Dorénavant, ce qui compte n’est pas l’enveloppe dans laquelle l’épargne a été placée, mais l’origine des versements qui ont alimenté le plan. Chaque plan contient donc 3 compartiments d’épargne :

  • Le compartiment « épargne volontaire » ;
  • Le compartiment « épargne salariale »  ;
  • Le compartiment « épargne obligatoire ».

À chaque compartiment correspond une fiscalité propre. La sortie d’un PER individuel au terme s’effectue au choix :

  • en capital
  • en capital fractionné (nombre d’années variable d’un assureur à un autre)
  • en rente viagère (versée jusqu’au décès)

► Comment réduire son impôt sur les sociétés ?

Investir en Bourse

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA) permet également de placer son argent pour le faire fructifier… sans payer d’impôts pour autant. Tout comme un compte-titre classique, le PEA permet à son détenteur d’investir en Bourse en achetant des actions, obligations et autres titres financiers. La différence, c’est la fiscalité : après cinq ans de détention, les plus-values générées par la revente de vos actifs sont totalement exonérées d’impôt sur le revenu ! Ne resteront que les cotisations sociales à payer.

Attention ! Si vous retirez votre argent de votre PEA avant cinq ans, vous perdez non seulement cet avantage fiscal, mais votre plan d’épargne est également clôturé automatiquement. 

Source

Cotisation d’épargne retraite — Service public
Comptes et livret d’épargne — Service public
Plan d’épargne retraite — Service public
Base d’imposition des plan d’épargne retraite — Bulletin officiel des finances publiques

Foire aux questions

🤷 Quel compte épargne ouvrir en 2022 ? 

Encore et toujours, l’assurance-vie a les faveurs des Français qui plébiscitent toujours autant ce produit. Même s’ils semblent de plus en plus prêts à prendre des risques pour faire fructifier leur épargne, les Français aiment toujours autant jouer la sécurité.

🤝 Quel est le livret d’épargne qui rapporte le plus ? 

Détenu par 7 millions d’épargnants « modestes », le Livret d’épargne populaire (LEP) constitue le meilleur bouclier face à la montée du coût de la vie. Au 1er février 2022, son taux d’intérêt est passé de 1 % à 2,2 %.

🤷 Quels types de travaux peut-on déduire de ses impôts ? 

On distingue deux grandes catégories de travaux déductibles des impôts :

  • d’amélioration ;
  • d’entretien ou de réparation ;

Attention : les travaux d’agrandissement ou de construction ne vous permettront pas de faire des réductions d’impôts.

🤷 Où placer son argent lorsqu’on est célibataire ? 

Plusieurs choix s’offrent à vous si vous êtes célibataire et que vous souhaitez réduire vos impôts. L’investissement dans l’immobilier est un grand classique avec de nombreux dispositifs comme le Pinel, le Censi-Bouvard ou les monuments historiques. Vous pouvez également orienter votre choix vers l’investissement dans une entreprise ou tout simplement vous consacrer aux dons et au mécénat.