1. Accueil

  2. Le guide sur les NFTs

Un NFT, c'est quoi ? Le guide complet

Un NFT, c'est quoi ? Le guide complet
Antoine Ferec

Mis à jour le 24 mai 2022

En 2021, vous avez sûrement entendu parler des Non-Fungible Tokens, les fameux NFTs. Comme des millions de personnes en 2021, vous vous êtes demandé : qu’est-ce que c’est ? À quoi sert un NFT ? Est-ce une véritable révolution, ou une bulle spéculative qui échappe à tout contrôle ? Cet article vous donne toutes les informations importantes à connaître pour comprendre ce que sont les NFTs et quel est leur rôle.

NFT : qu’est-ce que cela signifie ?

NFT sont les trois initiales de Non-Fungible Token, que l’on traduit par jeton non fongible. Cela ne rend pas les choses forcément plus claires. C’est pourquoi nous devons détailler la notion de “non fongible”.

Par exemple, les bitcoins ou les billets de 100 € sont fongibles. Même si chaque billet est unique, il aura exactement la même valeur qu’un autre billet de 100 €. Le premier bitcoin miné, peu importe sur quelle plateforme il se trouve ou à qui il appartient, a la même valeur qu’un bitcoin miné récemment stocké un autre portefeuille.

À l’inverse, les œuvres d’art ou les tickets de concert sont non fongibles. Quelque chose qui n’est pas fongible ne peut pas être remplacé ou divisé. C’est unique. Ce sont des objets de même nature, mais qui ont leurs propres caractéristiques et leur propre utilité.
On parle de « tokens » quand ce sont des unités digitales, qui s’échangent avec la technologie de la blockchain : des visuels 3D, des objets dans un jeu vidéo, ou encore un morceau de terrain dans un univers fictif.

Le NFT peut donc être défini de la façon suivante : c’est le titre de propriété numérique d’un token non fongible.

Les NFTs peuvent être classés dans différentes catégories selon leur nature et leur utilité : 

  • les collectibles : une collection d’objets digitaux, ou une œuvre d'art par exemple ;
  • les metaverses : des mondes virtuels ;
  • les tokens de jeux en ligne ;
  • les utilitaires : ils rendent un service à leur possesseur.

Certains NFTs peuvent faire partie de plusieurs catégories.

Ils s’échangent sur des places de marché en ligne dédiées aux NFTs, connectées à la blockchain. 

 

Les critères de valeur d’un NFT

Cette jeune technologie a de l’avenir devant elle, mais elle pourrait entraîner quelques dérives. Beaucoup d’investisseurs cherchent à spéculer sur cette tendance qui, bien qu’elle connaisse un succès retentissant, est encore très volatile et parsemée d'arnaques. La grande majorité des œuvres vendues et des projets NFT n’auront jamais de valeur, tout simplement car personne n’en veut.

Certains NFTs ont une valeur artistique. Ce sont des œuvres valorisées indépendamment du fait qu’elles soient digitales, au même titre qu'un tableau dans un musée. La blockchain n’a pas de rôle prépondérant dans l’évaluation de leur prix, il s’agit simplement du marché de l’art. Globalement, le prix est défini par ce que l’admirateur d’un artiste est prêt à investir.

La valeur d’un NFT peut aussi dépendre de son utilité : devenir membre d’un club, rencontrer d’autres détenteurs ou l’artiste lui-même, être plus puissant dans un jeu vidéo, acquérir et montrer un certain statut social, etc.

Bon à savoir

En mars 2021, l’artiste américain Beeple a vendu une œuvre numérique nommée « Everydays : the First 5 000 Days » pour 69,3 millions de dollars aux enchères.

Les NFTs sont créés et échangés sur une blockchain

Sur internet, la valeur numérique n’est pas nouvelle. Dans certains jeux vidéo, ou dans une application par exemple, il est possible d’acheter une monnaie virtuelle, des bonus spéciaux, des crédits, ou bien des points de vie. Mais tous ces « objets » et ces récompenses peuvent être dupliqués, copiés et vendus à l’infini par leurs concepteurs sans aucun effort.

La technologie de la blockchain permet d’ajouter une nouvelle dimension : celle de la rareté numérique. La blockchain permet en effet de tracer les transactions d’un objet numérique tout au long de son existence. Il est possible de savoir avec précision s’il est authentique, en certifiant sa provenance.

Les NFTs sont vendus grâce à un smart contract, ou contrat intelligent. Un smart contract est l’équivalent informatique d’un contrat. La différence est que ce type de contrat informatique exécute automatiquement les obligations définies au préalable, lorsque cela est nécessaire. Le code informatique vérifie l’exécution du contrat (totale ou partielle) et automatise les conséquences de l’accord. C’est ce qui le rend « intelligent ».
Ces contrats sont utilisés dans la blockchain, et permettent par exemple d'émettre des cryptomonnaies, ou d'échanger des NFTs.

Comment acheter et vendre des NFTs ?

Acquérir un NFT est relativement simple. Il suffit de se connecter à une plateforme spécialisée, et de procéder à un achat en quelques clics. Cependant, les débutants qui n’ont jamais acheté de cryptomonnaie et ne possèdent pas encore de portefeuille virtuel pour les stocker devront suivre quelques étapes préalables.

Les NFTs s’échangent sur des places de marché pour la plupart décentralisées. En voici quelques exemples :

  • OpenSea ;
  • Rarible ;
  • SuperRare.

En général, les NFTs sont vendus en échange d’ethers, la cryptomonnaie native de la blockchain Ethereum. C’est pourquoi il est nécessaire de connecter son portefeuille crypto en ligne (MetaMask ou Coinbase Wallet par exemple) afin de pouvoir transférer ses cryptomonnaies sur la plateforme.

Une fois connecté, vous pouvez librement consulter les NFTs disponibles à la vente, faire une offre de prix, placer une enchère, ou acheter un NFT directement. Cela fonctionne de la même manière pour la vente. Vous pouvez proposer un NFT à vendre en fixant votre prix, ou en attendant des enchères.

Les plateformes prélèvent des commissions. OpenSea, la plus connue, touche 2,5 % du prix de vente de chaque NFT. 
Des frais parfois élevés sont nécessaires au fonctionnement de la blockchain Ethereum pour récompenser les mineurs. Prévoyez donc un surplus d’ETH à régler avant d’acquérir un NFT.

Définition du « mint »

Le « mint » d'un NFT désigne la façon dont un objet numérique est intégré à une blockchain. C’est le processus de transformation d’un fichier digital en crypto actif unique grâce à la blockchain. Une fois minté, le fichier est stocké dans cette base de données décentralisée, et il est impossible de l'éditer et de le modifier.

De la même manière que les pièces de monnaie métalliques sont frappées et mises en circulation, les NFTs sont également des jetons numériques qui sont « frappés ». Par exemple, une œuvre d'art numérique est représentée sous la forme d'un NFT, afin qu'elle puisse ensuite être achetée et échangée sur le marché, et faire l'objet d'un suivi numérique lors de sa revente.

Au cours du processus de mint, le créateur du NFT peut prévoir de toucher des redevances sur chaque vente ultérieure. Il pourra donc recevoir une commission chaque fois que son œuvre sera échangée sur le marché secondaire (les plateformes d’échange).

Les projets NFT les plus connus

Des milliers de collections de NFTs sortent chaque jour dans le monde. Certaines ont fait beaucoup de bruit. Voyons quelques exemples de projets qui ont fait la une.

Bored Ape Yacht Club

Cette série de 10 000 avatars représente des singes, dont les caractéristiques ont été générées aléatoirement. Posséder un NFT Bored Ape permet d’entrer dans une sorte de cercle social privé, donnant accès à des collections de NFTs en avant-première, ou à des rencontres exclusives entre membres de la communauté.
De célèbres artistes comme Eminem, Snoop Dogg ou encore des sportifs tels que Stephen Curry font partie des propriétaires de pièces de la collection Bored Ape. Cela a grandement contribué à faire grimper la cote de cette collection de NFTs.

CryptoPunks

Sur un fonctionnement semblable à la collection Bored Ape, les CryptoPunks font partie des tout premiers projets NFT. Le studio de développement LarvaLabs a donc créé ces 10 000 bonshommes en pixels, représentant des “punks” à l’apparence aléatoire (genre, visage, cheveux, yeux générés au hasard).

Aujourd’hui, le moindre CryptoPunk ne vaut pas moins de 100 000 €. Les plus convoités s’échangent à plusieurs millions. Visa, le géant du paiement, a d’ailleurs annoncé avoir fait l’acquisition du CryptoPunk n°7610 pour sa collection de NFTs.

Leur seule utilité concrète ? Faire partie du “club” des fiers propriétaires d’un CryptoPunk.3

Axie Infinity

Ce jeu est ce que l’on appelle un « play-to-earn », c’est-à-dire « jouer pour gagner de l’argent ». Axie Infinity est un monde virtuel rempli d'animaux de compagnie appelés des Axies. Les Axies peuvent être combattus, collectionnés, et même utilisés pour gagner des crypto-monnaies ayant une valeur réelle. Le jeu en lui-même ressemble à Pokémon car il faut collectionner des monstres et les faire combattre pour s’améliorer.

Chaque Axie a des forces et des faiblesses uniques basées sur ses gènes. Avec des milliards de combinaisons génétiques possibles, les possibilités sont infinies.

À l’heure actuelle, plus de 3,6 milliards de dollars ont été échangés sur la marketplace d’Axie Infinity.

Les NFTs dans le Métavers

Le metaverse est un monde virtuel, tout comme notre monde physique actuel, alimenté par des NFTs qui permettent à son économie virtuelle de fonctionner. Les joueurs achètent ces NFTs pour obtenir des terrains, des objets utilitaires numérisés qui leur serviront à prospérer dans le métavers.

Le secteur du jeu vidéo voit aussi des changements s’opérer depuis l’arrivée des NFTs. Bien que controversés par certains joueurs traditionnels, les jeux de type "play-to-earn" dans le métavers ont fait progresser l'adoption des NFTs. Que ce soit dans les jeux de rôle multijoueur, les jeux de cartes en ligne ou même les jeux de tir, de nombreux studios de création ont adopté les NFTs.

Plus de détails dans notre explication du rôle des NFTs dans les métavers.

La fiscalité sur les NFTs est encore floue

La popularité de cette technologie innovante dans la finance traditionnelle et le marché de l’art est un vrai sujet juridique. Les montants astronomiques de cryptomonnaies (converties en euro ou en dollars) échangés ont forcément attiré les régulateurs, qui font aujourd’hui face à un défi.

La qualification juridique et fiscale est complexe. Le NFT ne peut pas vraiment être assimilé à un actif numérique, puisqu’il est non fongible. Il n’est pas donc pas encore considéré comme appartenant à la catégorie des cryptomonnaies. Cependant, il n’appartient pas non plus au régime des œuvres d’art, ni à celui des actifs incorporels. 

Alors, qu’en est-il en 2022 ? En matière de cryptomonnaies, la fiscalité française est encore en balbutiements. Les autorités fiscales ont clarifié le régime des plus-values sur la vente de cryptomonnaies. Mais qu’en est-il des bénéfices réalisés par un particulier en vendant un NFT ?

Consultez notre article sur la fiscalité des NFTs pour en savoir davantage.

En résumé : l’essentiel à retenir sur les NFTs

Un jeton non fongible est une donnée cryptographique représentant la propriété d'un objet numérique. L’objet représenté peut être une photo, une vidéo, un objet, un dessin numérisé, un fichier digital, ou encore un son.

Cet objet, authentifié et validé grâce aux protocoles de sécurité d’une blockchain, peut être acheté et vendu. En revanche, les NFTs ne peuvent pas être copiés, puisqu’ils sont uniques par définition. Ils attestent d’une forme de rareté numérique, et garantissent la propriété d’un actif immatériel. Leur valeur, déterminée par la loi de l’offre et de la demande, n’est régulée par aucune instance. 

Depuis que les NFTs sont connus du grand public, certains les décrivent comme une révolution du marché de l’art et de l’utilisation du web. C’est ainsi que de nombreuses célébrités et artistes prennent publiquement position en faveur de cette technologie tendance. 

Mais les NFTs ont également leurs détracteurs. Ces derniers pointent essentiellement du doigt l’empreinte écologique engendrée par les échanges de ce marché en pleine expansion. Jusqu’à présent très énergivore en électricité, la blockchain Ethereum concentre la quasi-totalité des transactions de NFTs. La création et l’échange de NFTs sont également coûteux en frais.

Sources :
Le contrat intelligent - Wikipédia
Non-fungible tokens (NFT) - Ethereum.org
Fiscalité applicable aux jetons non fongibles - Senat.fr
Qu'est-ce que la blockchain ? Economie.gouv
Bored Ape Yacht Club
Projet CryptoPunks - LarvaLabs

Foire aux questions

🤔 Qui peut créer un NFT ?

N’importe qui peut produire et vendre un NFT. Il suffit pour cela de connecter son portefeuille de cryptomonnaie virtuel aux plateformes comme OpenSea ou Rarible. Toutes les instructions sont ensuite données pour procéder à la transformation d’un fichier digital en un NFT.

🤝 Quels sont les risques d’acheter un NFT ?

Comme tout investissement, il existe un risque de perte des capitaux si l’actif acheté n’est pas rentable. Certains projets vont décoller, tandis que beaucoup d’autres n’ont aucune valeur. Le marché des NFTs n’étant pas encore bien régulé et peu surveillé, il existe beaucoup d’arnaques. 

🤷 Pourquoi les NFTs valent si cher ?

Le marché des NFTs est encore hautement spéculatif, ce qui explique que les enchères puissent atteindre des prix exorbitants. De plus, de nombreux investisseurs ayant fait fortune dans les cryptomonnaies en investissant il y a de cela plusieurs années sont aujourd’hui en position de force sur ce marché.

🤷 Qui a créé les NFTs ?

En décembre 2012, un mathématicien a dévoilé son concept de « Colored Coins » : une catégorie de méthodes permettant de représenter et de gérer des actifs du monde réel par la blockchain Bitcoin, pouvant être utilisées pour prouver la propriété de ces actifs.
Le 3 mai 2014, Kevin McCoy, un artiste numérique, a minté le premier NFT connu nommé "Quantum". C’est un octogone pixelisé rempli de différentes formes hypnotiques. Le 28 novembre 2021, l'œuvre a été vendue pour plus de 1,4 million de dollars lors d'une vente aux enchères organisée par Sotheby.