1. Accueil

  2. Investir : comment et où placer votre argent ?

  3. Quand commencer à investir ?

Quand commencer à investir ?

Quand commencer à investir
Marie Caillet
Marie Cailletrelu parMatthieu Roullier

Mis à jour le 23 novembre 2022

Nul besoin d'être trader ou multi-propriétaire pour investir. Cette démarche s'adresse à tous ! Que vous ayez 20 ans, 20 euros à investir ou 20 projets de vie à financer, le plus tôt pour se lancer, c'est dès à présent. Mais comment investir sans mettre son capital en danger ? Comment choisir ses investissements selon son âge, ses moyens et ses objectifs ? C’est l’heure du tri.

Commencer à investir quand on est jeune

On croit parfois qu'il faut de gros montants ou une bonne connaissance des finances personnelles pour bien investir. Ce domaine est en réalité beaucoup plus accessible qu'on le pense. En effet, il est possible de démarrer dès 50 euros, et plus vous démarrez tôt, plus vous êtes gagnant :

  • investir sur le long terme est une stratégie gagnante : en commençant jeune, vous lissez les risques sur la durée ;
  • année après année, votre capital gonfle avec les intérêts composés : vos intérêts génèrent des intérêts ;
  • en démarrant avec de petits montants, vous pouvez expérimenter les effets du rendement, de la volatilité, et diversifier peu à peu votre portefeuille.

Il est toutefois bon de rappeler qu'investir comporte des risques. Avant de réaliser des placements, assurez-vous de vous constituer une épargne de précaution, c'est-à-dire l'équivalent de 3 à 6 mois de dépenses courantes. Cela permettra de sécuriser votre quotidien en cas d'imprévu. Ce fonds de sécurité représente un socle indispensable à une démarche d'investissement saine et pérenne.

Une fois cette épargne de précaution stockée sur un livret réglementé type Livret A (afin de pouvoir y accéder à tout moment), vous pouvez vous tourner vers des supports d'investissements qui permettent de choisir le niveau d'exposition au risque ainsi que la périodicité des versements.

PEA, ETF, LMNP… Les sigles s’accumulent et vous vous sentez perdu devant les (nombreux) produits financiers existants ? Pour remettre les choses à plat, utilisez le simulateur inflation de Climb : il vous aidera à déterminer les supports les plus indiqués pour protéger votre épargne de l’inflation et ainsi valoriser votre capital. Le tout de façon claire, rapide et chiffrée.

De façon plus générale, quand on est investisseur débutant, deux produits sont particulièrement adaptés : l'assurance vie et le PEA.

L'assurance vie : ce placement financier fonctionne comme un portefeuille. C’est-à-dire que vous pouvez le paramétrer et le remplir avec les actifs que vous souhaitez, tout en choisissant votre équilibre entre rendement et risque. L’assurance vie est souvent prénommée “le couteau suisse de l’investisseur” : elle est souple, peu contraignante (vous pouvez y investir avec un versement initial de 500 euros et des versements libres et vous pouvez récupérer votre épargne à tout moment en effectuant des rachats totaux ou partiels. En revanche, il est fortement conseillé d’attendre 8 ans avant de le faire, car alors vous bénéficierez d’abattement fiscaux non négligeables : abattement annuel sur les intérêts (jusqu’à 4 600 € pour une personne seule et 9 200 € pour un couple), taux d’imposition réduit à 7,5 % (hors prélèvements sociaux), sous conditions.

Le PEA (plan d’épargne en actions) est un support qui permet d’investir sur les marchés européens. Il est très comparable à l’assurance vie, car vous pouvez le moduler selon votre niveau d’aversion au risque de perte en capital, effectuer des retraits à tout moment et choisir le montant et la périodicité de vos investissements. Après 5 ans de détention de votre PEA, les gains et dividendes issus de vos investissements sont exonérés d’impôt sur le revenu (hors prélèvement sociaux).

Bon à savoir
Le PEA est limité à un contrat par personne, mais vous pouvez ouvrir plusieurs contrats d’assurance vie.

Quand commencer à investir pour accroître son capital ?

Pierre après pierre, un patrimoine prend du temps à se constituer. Pour accroître votre capital de façon optimisée, il y a 3 pré-requis :

  1. commencer tôt ;
  2. être régulier ;
  3. diversifier ses placements.

En effet, lorsqu'on dit « patrimoine », on a tendance à penser à l'immobilier en premier lieu. Toutefois, vous n'êtes pas obligé de passer par l'achat de la résidence principale, un recours très pratiqué par les Français, mais qui n'est pas toujours le plus pratique – ni même le plus rentable. 

Par ailleurs, une stratégie pérenne repose sur plusieurs piliers : la pierre, la Bourse, les placements réglementés ou encore certains actifs dits atypiques (cryptomonnaies, forêt, or...).

Pour commencer à investir en vue de bâtir votre patrimoine, vous avez le choix entre plusieurs produits :

  • le PEA (pour débuter vos investissement en Bourse dans les actions européennes) ;
  • la LMNP (de l'immobilier locatif meublé qui vous permet d'autofinancer votre crédit grâce aux loyers) ;
  • la SCPI de rendement (la pierre papier, qui vous permet d'investir avec d'autres co-détenteurs de percevoir un rendement) ;
  • les cryptomonnaies (qu'il est conseillé de détenir comme solution de diversification, à hauteur de 5 % de votre capital investi).

Vous ne savez pas où investir aujourd'hui ? Les experts en finances personnelles de Climb sont là pour départager les différents produits et vous conseiller : quel produit choisir, quel capital investir, à quelle fréquence, sur quelle durée... Prenez rendez-vous pour vous lancer sur des bases sûres !

Quand commencer à investir pour la retraite ?

De réforme en réforme, l'horizon de la retraite s'éloigne, et nombreux sont ceux qui nourrissent des appréhensions sur le maintien ou non du système actuel. Par ailleurs, qui dit retraite dit forcément baisse des revenus : les Français perdent en moyenne 40 % de leurs revenus à la retraite. Autant de raisons de se préoccuper de la retraite pendant la vie active. 

On investit généralement pour la retraite lorsqu'on a sécurisé ses finances (situation stable, épargne de précaution, premiers investissements...). L'idéal est de commencer vers 30-35 ans : la retraite est encore loin, ce qui vous permet de choisir des produits plus risqués avec un meilleur rendement, et de les alimenter progressivement en bénéficiant de l'effet boule de neige des intérêts composés.

Deux stratégies se prêtent particulièrement à un placement pour votre retraite : le plan épargne retraite et l'investissement dans l'immobilier. Climb vous propose ces deux produits.

Le PER (Plan épargne retraite), issu de la loi Pacte 2019, remplace les anciens supports d'épargne retraite (Perp, contrat Madelin). Il se décline en deux sous-types : 

  1. PER individuel : il s'agit d'un support d'épargne à clôturer à l'âge de la retraite. Plus vous le débloquez tard, moins vous payez de prélèvements sociaux sur le capital investi. Par ailleurs, plus votre tranche marginale d'imposition est haute, plus vous êtes avantagé car vous pouvez déduire de vos impôts les sommes placées sur votre PER.  
  2. PER d'entreprise : on en compte deux (le PER d'entreprise collectif et le PER d'entreprise obligatoire). Vous l'ouvrez en tant que salarié dans votre entreprise, si celle-ci le propose, et vous l'alimentez soit par versements volontaires, soit avec vos primes (participation, intéressement, etc.). Le PER d'entreprise bénéficie des mêmes avantages fiscaux et vous est reversé à votre départ à la retraite.

L'investissement immobilier offre plusieurs possibilités :

  • de l'immobilier locatif dans l'ancien avec le LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel) ;
  • de l'immobilier locatif neuf avec le Pinel (qui évolue en Super Pinel à partir de 2023) ;
  • de la pierre papier avec la SCPI de rendement.

Ces trois solutions offrent la possibilité de pouvoir être remboursées par vos loyers : l’amortissement du crédit s’effectue durant votre vie active. Une fois à la retraite, vous pouvez soit poursuivre la location et empocher les loyers, soit revendre votre bien ou vos parts de SCPI et bénéficier de sa valorisation sur le long terme.

Quand commencer à investir pour réduire ses impôts ?

Payer trop d'impôts n'est pas une fatalité. Si vous êtes fortement imposé, vous pouvez remettre la balle dans votre camp. Comment ? En investissant dans des produits de défiscalisation. Non seulement ils sont légaux, mais en plus, ils permettent de renforcer votre patrimoine.

Les produits de défiscalisation fonctionnent de la façon suivante : vous investissez dans un produit, et le montant investi est partiellement ou totalement (selon les produits) déductible des impôts. Vous diminuez donc le montant de votre revenu imposable.

Pour être gagnante, cette stratégie nécessite un investissement à horizon long terme. Vous devez donc « sacrifier » le montant que vous placez, mais à terme, vous récupérez la mise de votre investissement, majoré de plus-values ou d'intérêts composés. 

Il est conseillé de s'intéresser à la réduction d'impôt quand on paye plus de 2500 euros d'impôt par an. Toutefois, vous pouvez défiscaliser quel que soit le montant de votre impôt. La première étape ? Simuler vos économies d'impôts sur le revenu avec Climb. En effet, notre simulateur vous permet de savoir en quelques clics : 

  • vos économies d'impôts potentielles ;
  • les produits de défiscalisation recommandés ;
  • le montant de l'investissement à réaliser pour réduire vos impôts.

Pour aller plus loin avec Climb, il vous suffira ensuite de réserver un créneau de rendez-vous à la fin du simulateur. Un de nos experts en finances personnelles vous aidera alors à mettre en place la stratégie la plus avantageuse pour réduire vos impôts. 
 
En France, les produits de défiscalisation sont nombreux : plus de 240 ! Certains s'adressent à des investisseurs avertis. D'autres demandent d'avancer un capital important. Mais on en compte plusieurs qui peuvent convenir à un investisseur débutant. C'est le cas de plusieurs produits cités dans cet article : PER, PEA, assurance vie, Pinel, SCPI...

Climb propose également des GFI et GFV (Groupement Forestier d'Investissement et Groupement Forestier Viticole) qui convient notamment aux contribuables payant l'IFI (ex ISF).

Sources

Assurance vie - service-public.fr
Qu’est-ce que le plan d’épargne en actions (PEA) - economie.gouv.fr
Investir en Bourse - service-public.fr
Le dispositif Pinel d’investissement locatif - economie.gouv.fr
Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ? - AMF
Dons et réductions d'impôts - impots.gouv.fr
J’investis dans la location meublée - impots.gouv.fr

Foire aux questions

🤝 Quel âge pour commencer à investir ?

Le temps est l’allié de l’investisseur. Si vous commencez dans la vingtaine et effectuez un effort d’épargne régulier, vous mettez toutes les chances de votre côté pour vous construire un solide capital à terme. 

Cela dit, il n’y a pas de parcours type et vous pouvez tout aussi bien vous mettre à épargner à 40 ans. Le plus important : ne jamais commencer à investir sans avoir au préalable une épargne de sécurité.

🤔 Quel placement pour 50 euros par mois ?

Si vous n’avez que 50 euros par mois à placer, vous avez le choix entre deux placements intéressants : le PEA et l’assurance vie. À condition toutefois d’investir votre argent sur du long terme : respectivement 5 ans et 8 ans… minimum ! Faute de quoi vous ne pourrez pas bénéficier des avantages fiscaux de ces produits.

🤔 Quel capital pour devenir rentier ?

Pour savoir combien il vous faut pour vivre de vos rentes, vous devez calculer la somme  d’argent dont vous avez besoin pour vivre chaque mois. 

Par exemple : vous visez une rente de 1 000 euros par mois (soit 12 000 par an) avec un rendement de 3 %. Vous allez faire le calcul suivant : rente annuelle divisée par le rendement souhaité. 
Soit : 12 000 / 0,03 = 400 000
Il vous faudra alors un capital de 400 000 euros placé à 3 % par an.

🤝 Quel est le bon moment pour investir ?

Le moment idéal dépend du parcours de vie de chacun. Mais il y a des signaux verts à prendre en compte :

  • vous disposez d’un matelas de sécurité,
  • vous pouvez investir régulièrement (chaque mois, chaque trimestre) sans vous mettre en danger,
  • vous êtes renseigné sur les différents produits possibles, 
  • vous avez choisi un support d’investissement adapté à votre profil.