1. Accueil

  2. Comment se protéger de l’inflation ?

  3. Inflation : les secteurs dans lesquels investir

Inflation : les secteurs dans lesquels investir

les secteurs dans lesquels investir pour contrer l'inflation
Wilhelm Bertieux

Mis à jour le 20 janvier 2023

Avec la hausse constante des prix, il est compréhensible de craindre pour son épargne. Pourtant, bien que l’inflation soit une fatalité, elle peut être contrée. Pour ça, il faut taper dans le mille en se tournant vers certains secteurs qui profitent de cette inflation pour dégager des rendements intéressants. Quelles actions acheter ? Dans quels domaines ? On vous donne toutes les clés pour investir et tirer profit de l’inflation !

Quelles entreprises profitent de l’inflation ?

Investir dans le capital d’entreprises pour lutter contre l’inflation, oui, mais lesquelles ? Face à l’inflation, force est de constater que tous les secteurs ne sont pas sur un pied d’égalité. Certaines valeurs tirent leur épingle du jeu, parmi lesquelles :

  • Agnico Eagle Mines (Canada, production de métaux : or, cuivre, zinc, etc.),
  • ArcelorMittal (groupe sidérurgique mondial : plus important producteur d’acier dans le monde),
  • BNP Paribas (France, première banque européenne en activité et rentabilité),
  • Gecina (France, société foncière qui développe et gère un parc immobilier en Île-de-France),
  • Rémy Cointreau (France, production de spiritueux),
  • STMicroelectronics (France et Italie, multinationale fabrication de puces électroniques),
  • TotalEnergies (France, producteur et fournisseur d’énergie).

Pourquoi investir en Bourse en période d’inflation ?

Certes, placer son épargne sur un livret d’épargne réglementé permet de la sécuriser : il n’y a pas de risque de perte en capital. Pour autant, lorsque l’inflation pointe le bout de son nez, votre épargne fond comme neige au soleil. En cause, le faible taux de rémunération des livrets réglementés (3 % pour le livret A), qui ne font pas long feu face à l’inflation qui affiche de fiers 5 % en France.

Autrement dit, investir en Bourse se démocratise de plus en plus pour chercher à détenir des titres d’entreprises moins impactées par la montée générale des prix pour protéger son pouvoir d’achat. En effet, l’inflation aurait un effet haussier sur le cours des actions, selon les secteurs.

Mais, entre inflation, guerre en Ukraine, reconfinement en Chine et hausse des taux directeurs par la Banque Centrale Européenne (BCE), l’année 2023 rend difficiles les choix d’actifs pour les investisseurs. Le stock picking est visiblement à l’honneur.

Point définition
Le stock picking, ou sélection de valeurs en Français, est une technique d’investissement en Bourse qui revient à sélectionner chaque titre selon certains critères d’analyse pour trouver les plus prometteuses. C’est l’inverse de la mutualisation via des organismes de placement collectifs, par exemple.

Les dos and don’ts

Parmi la pléiade d’entreprises cotées en Bourse, comment faire son choix ? Dans un contexte inflationniste, devenir sélectif est désormais obligatoire. Certains secteurs sont moins impactés par la conjoncture économique :

  • les matières premières : actifs réels, futurs bénéficiaires de la transition énergétique, résilience face à la volatilité des marchés, notamment pour l’or ;
  • l’immobilier coté (foncières) : historiquement positif malgré l’affolement des marchés financiers américains, il profite de la croissance économique pour négocier les loyers, eux-mêmes indexés à l’inflation ;
  • immobilier locatif : l’indice de référence des loyers (IRL) est indexé sur l’inflation et il est possible d’investir dans l’immobilier à bas prix via des SCPI ;
  • le luxe, les spiritueux de prestige, les valeurs technologiques, les entreprises axées sur la transition énergétique, etc.

À l’inverse, mieux vaut laisser de côté certaines entreprises qui risquent d’y laisser des plumes. Typiquement, les sociétés dépendant du pouvoir d’achat des Français. Ainsi, la grande distribution (Carrefour, etc.) est à éviter, puisque les hausses de coûts des fournisseurs impacteront fatalement les rendements. Même son de cloche pour le secteur de la consommation courante au sens large.

Enfin, certains suivent de près la potentielle rotation sectorielle qui devrait prendre forme. En cause, le retournement de balancement monétaire à venir. Après une décennie favorable aux actions de croissances type GAFAM, d’autres secteurs voient leur prix s’envoler récemment, matières premières en tête. Pétrole, véhicules propres ou encore transition énergétique, voilà les secteurs qui pourraient bien profiter des relèvements des taux directeurs des banques centrales. Un changement d’habitude à prendre dès maintenant ? Tout dépend des décisions de la FED et de la BCE…

Où placer son argent pour profiter de l’inflation ?

Pétrole : TotalEnergies

Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la question du pétrole russe était sur toutes les lèvres. Alors que, fin mai, un accord européen est trouvé pour mettre en place un embargo sur le brut russe d’ici fin 2022, nombreuses sont les composantes de l’indice pétrolier à afficher une couleur écarlate au printemps.

Pourtant, un feu vert se maintient au milieu : TotalEnergies résiste encore et toujours, surfant sur le cours du Brent (baril de référence en Europe). Face à une demande mondiale croissante et à une offre en déclin (la faute notamment aux conditions climatiques au Canada ou aux interruptions de production en Angola et au Nigéria), la hausse des prix est notable. Ajouté à tout ça la situation en Ukraine, et on comprend assez facilement pourquoi les valeurs pétrolières affolent la Bourse.

De moins en moins de nouveaux gisements sont exploités puisque les principaux groupes pétroliers se tournent plus sérieusement vers les énergies renouvelables. Pour autant, le groupe TotalEnergies ne semble pas avoir les faveurs des investisseurs désireux d'oeuvrer pour l'environnement.

Matières premières : ArcelorMittal

Les matières premières ont été dans le viseur des investisseurs dès la reprise de l’activité économique après les différents confinements liés au Covid. Aluminium, cuivre, zinc : les cours des différents métaux ont tout bonnement explosé, soufflant sur les flammes de l’inflation sur les autres valeurs.

Les producteurs, ArcelorMittal en tête, l’ont bien compris et mettent les petits plats dans les grands pour fournir des quantités conséquentes de métaux. 

Bien que les matières premières aient un aspect spéculatif, elles bénéficient grandement de la transition énergétique puisque le cuivre et l’acier sont des composants nécessaires pour effectuer correctement cette transition. Dans le même ordre d’idée, les véhicules électriques nécessitent du lithium, cobalt et autre nickel.

L’occasion pour ArcelorMittal de publier des chiffres d’affaires en hausse fin 2021. Mention honorable à Aperam (aciers inoxydables et électriques) et Eramet (alliages de manganèse et ferronickel).

L’or : lingot vs inflation

Actif de diversification par excellence, l’or est très prisé des investisseurs qui l’utilisent à la foi pour se protéger de l’inflation et pour apporter un peu de doré à leur portefeuille. 

Prudence cependant : le lingot d’or ne procure aucun rendement, ce qui ne le met pas dans la meilleure des situations face aux titres obligataires, notamment. Mais, il est généralement conseillé de porter attention aux taux réels (hors inflation). Puisque ces derniers sont assez bas depuis plusieurs années, l’once d’or a pu atteindre des records début 2020.

Pour investir dans l’or, il est possible d’opter pour les mines aurifères (mine d’extraction ou de gisement d’or).

Mais aussi
Les cryptomonnaies, Bitcoin en tête, sont très souvent comparées à l’or : leur offre est limitée et elles permettent de diversifier un portefeuille. Si investir en cryptomonnaies peut se révéler payant dans une stratégie de diversification, il faut porter une attention toute particulière à la volatilité élevée de ce type d’actifs.

Immobilier locatif : les SCPI

Inflation et immobilier s’entendent généralement bien. Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier achètent, exploitent et gèrent un parc immobilier locatif en utilisant l’argent de leurs investisseurs. En retour, la société verse les loyers perçus aux détenteurs de parts de SCPI, leur permettant ainsi de percevoir des revenus locatifs constants.

Pourquoi l’immobilier locatif a-t-il la cote en période d’inflation ? Tout simplement parce que les loyers sont indexés à cette dernière. Différents indices permettent d’en mesurer l’impact :

  • l’Indice des Loyers Commerciaux (ILC) ;
  • l’Indice des Loyers des Activités Tertiaires (Ilat) ;
  • l’Indice des Prix à la Consommation (IPC) ;
  • l’Indice du Coût de la Construction (ICC) ;
  • l’Indice de Référence des Loyers (IRL).

Pour les commerces et les bureaux, les indices ILC et Ilat dépendent ainsi à moitié de l’IPC. Pour les logements, c’est l’indice IRL qui est pris en compte, puisqu’il traduit le niveau d’inflation hors loyers.

Les SCPI sont un formidable moyen de se constituer un patrimoine immobilier : le ticket d’entrée est abordable (à partir de 1 000 euros selon les sociétés), le rendement peut s’élever au-delà de 5 % et la présence d’un parc immobilier complet permet de mutualiser le risque de carence locative.

Retrouvez ci-dessous certaines SCPI parmi les plus performantes du marché :

SCPI

Frais d’entrée TTC

Frais de gestion TTC

Prix des parts

Spécialités

Pierval Santé

10,51 %

8,4 % ou 9,6 %

1 000 €

Santé
Diversification géographique

PFO2

10,2 %

13,8 %

196 €

Bureaux

Biens diversifiés en termes de biens et locataires

Diversifiées géographiquement

PF Grand Paris

11,5 %

12 %

532 €

Grand Paris
Bureaux

Primofamily

9 %

10 %

194 €

Résidentiel

Commerce et hôtellerie

Bonne diversité géographique

Primovie

9 %

10 %

203 €

Senior / santé

Bien diversifiée

Secteur d'avenir

Diversification géographique

Primopierre

10,6 %

10 %

208 €

Bureaux

Paris

Immorente

12 %

12 %

337 €

Bureaux

Commerces

Province

Europe

Sofipierre

12 %

12 %

615 €

Commerces

Province et IDF

Chez Climb, investissez en SCPI à partir de 1 000 et bénéficier d'un rendement pouvant aller jusqu'à 5,3 %. En direct, à crédit ou en démembrement, c'est vous qui choisissez.

Notre valeur ajoutée ? 

  • l'accompagnement sur vos impôts,
  • le meilleur de la technologie et de l'humain,
  • des conseils personnalisés et transparents.

Secteur bancaire : BNP Paribas

L’inflation se traduit par une hausse des prix, mais aussi des taux d’intérêt. Cette hausse n’est pas forcément une bonne nouvelle pour le secteur bancaire : dévalorisation d’obligations, baisse des demandes de prêts, etc. 

Mais, avec la digitalisation de la relation client, l’aversion aux risques et le besoin croissant de couvertures demandées par des entreprises, banques et assureurs peuvent en tirer profit. En somme, le couple banque-assurance présente une marge d’intérêt intéressante.

Luxe : Rémy Cointreau

Peut-être êtes-vous étonné de trouver dans cette liste un acteur, certes majeur, des spiritueux. Et pourtant ! Le secteur du luxe n’hésite pas à augmenter ses tarifs, puisque leurs acheteurs n’en démordent pas. 

Pour poursuivre sur les bons rails, certaines entreprises élargissent leur portefeuille de produits : c’est le cas de Rémy Cointreau qui vise d’ores et déjà une marge opérationnelle de 33 % d’ici 2030 avec une augmentation des ventes de ses cognacs de l’ordre de 2 à 3 % en volume… et 6 à 8 % en valeur. 

Après tout, comme l’annonce leur directeur financier, investir derrière une marque permet plus facilement d’augmenter ses prix.

Technologie : STMicroelectronics

Dans le secteur des semi-conducteurs, les prix restent soutenus et le niveau de marge brute élevé, et ce malgré des coûts de transport et de matières premières en hausse.

Les producteurs de composants électroniques peuvent se permettre des hausses de prix en période d’inflation, grâce à la forte demande. Pour STMicroelectronics, c’était même l’occasion rêvée de dépasser les attentes en termes de chiffre d’affaires. 

Attention tout de même : ce secteur n’a pas un pricing power (capacité à augmenter ses prix sans affecter la demande pour ses produits) aussi puissant que le secteur du luxe, par exemple.

Comment calculer l'inflation sur plusieurs années ?

Climb met à votre disposition un outil de simulation d'inflation complet, vous permettant d'avoir un meilleur aperçu de l'impact de la hausse des prix sur votre épargne, vos dépenses et votre reste à vivre.

Sources

Indice de référence des loyers (IRL) - service.public.fr
Qu’est-ce que l’inflation ? - Banque Centrale Européenne
TotalEnergies - Les Echos Investir
ArcelorMittal SA - Les Echos Investir
BNP Paribas - Les Echos Investir
Remy Cointreau - Les Echos Investir
STMicroelectronics - Les Echos Investir

Ce guide proposé par Climb n’est pas un conseil en investissement. Nous tenons à vous rappeler de faire vos propres recherches avant d’investir votre épargne, quel que soit le projet. Chaque investissement comporte un risque. Prenez contact avec un conseiller expert en gestion d'actifs pour une analyse complète de votre patrimoine et de vos objectifs.

Foire aux questions

🤝 Quelles sont les conséquences de l'inflation sur l’épargne ?

Une inflation en hausse est synonyme de baisse du pouvoir d’achat : un bien qui coûte 10 euros augmentera de 30 centimes en un an si le taux d’inflation est de 3 %, par exemple. Autrement dit, votre argent perd de sa valeur, ce qui pénalise les ménages. C'est pourquoi il est nécessaire et important de protéger votre épargne !

🤝 Que fait la Banque Centrale Européenne pour contrer l’inflation ?

La principale mesure mise en place par Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne, a été d’enclencher la hausse des taux d’intérêt dans la zone euro en juillet et en septembre 2022. Cela signifie que le programme d’achat d’obligations prend fin au troisième trimestre de l'année. La BCE met également l’accent sur la réduction de la dette publique nécessaire : les taux vont remonter lentement, ce qui signifie que la BCE et la Banque France devront compenser pour réduire l’inflation autour de 2 % dans les années à venir.

🤷 Quels sont les avantages de l’inflation ?

Tout n’est pas à jeter dans l’inflation, elle peut avoir des effets positifs ! En effet, une inflation mesurée a un impact positif sur l’économie de manière générale : réduction du poids de la dette publique, amélioration de la rentabilité financière des entreprises qui n’hésitent pas à s’endetter, et incitation à l’investissement pour les ménages.

🤷 Comment protéger son argent de l’inflation ?

Face à l’inflation, oubliez les livrets d’épargne réglementés ! N’y consacrez pas toute votre épargne (conservez tout de même une épargne de précaution accessible en cas d’imprévu) et privilégiez des placements d’épargne retraite, d’assurance vie ou en Bourse. Placer votre argent dans le marché immobilier locatif est également un excellent moyen d’allier rendements et protection de l’inflation : pour ça, les SCPI sont une excellente option ! Enfin, les obligations indexées sur l’inflation permettent de générer des rendements lorsque les prix sont en hausse.