1. Accueil

  2. Comment se protéger de l’inflation ?

Comment se protéger de l’inflation ?

inflation investir épargne
Antoine Himely

Mis à jour le 20 septembre 2022

Au centre des préoccupations des Français, l’inflation et la perte du pouvoir d’achat qui en découle a été l’un des points majeurs des présidentielles de 2022. Et pour cause. Alors que l’économie se remet péniblement de la pandémie de Covid-19, la crise énergétique et la guerre en Ukraine pèsent lourd sur l’activité économique en France comme en Europe. Alors que la valeur de l’épargne se réduit toujours plus à cause de l’inflation, de nombreux contribuables se demandent comment contre-attaquer. Peut-on lutter contre l’inflation ? Oui. Comment ? En investissant dans certains actifs. On fait le point.

Où placer son argent pour lutter contre l’inflation ?

Comment se protéger de l’inflation en 2022 ? Oubliez le livret A, pour faire face à la baisse du pouvoir d’achat, plusieurs investissements sont à privilégier :

  • l’immobilier locatif,
  • le Plan d’Épargne Retraite (PER) et le Plan d’Épargne en Actions (PEA),
  • l’or et autres métaux précieux,
  • les obligations, etc.

Investir dans l’immobilier

Elle a fait les beaux jours de nos aînés : la pierre est l’un des placements préférés des Français. L’immobilier est effectivement considéré par beaucoup comme la valeur sûre par excellence. Pourtant, face aux prix en constante augmentation, nombreux sont ceux qui la délaissent. 

En pleine période d’inflation, pourquoi est-ce le moment rêvé d’investir dans l’immobilier ?

Tout simplement parce que c’est le meilleur moment pour s’endetter. C’est très simple : la valeur réelle de l’argent chute. Il est donc préférable que l’inflation porte atteinte à la valeur réelle de l’argent qu’on doit à sa banque plutôt qu’à son épargne. 

Eh oui, la valeur réelle de la dette bancaire se liquéfie au fur et à mesure que l’inflation gagne du terrain. De plus, les actifs immobiliers ont généralement tendance à suivre une logique d’appréciation dans un contexte d’inflation, tandis que la dette contractée auprès d’une banque perd de sa valeur réelle. Autrement dit, ce que je possède à de plus en plus de valeur, alors que ma dette en a de moins en moins.

Bon à savoir
L’économiste John Maynard Keynes voyait l’inflation comme “l’euthanasie des rentiers”. De là à penser qu’il vaut mieux être emprunteur, il n’y a qu’un pas.

Autre argument de poids pour l’immobilier locatif : l’indice de référence des loyers (IRL) qui est indexé à l’inflation. Les augmentations sont ainsi calculées sur la base de l’indice de réévaluation des loyers : l’ajustement est différé et partiel, mais constitue quand même une source de revenus.

Enfin, on peut aujourd’hui emprunter à un taux avantageux de 1 %, alors que l’inflation est de 5,9 % en août 2022. Le taux réel est donc de presque - 5 % : c’est la baisse annuelle du pouvoir d’achat de la somme prêtée par l’organisme de crédit choisi. Ainsi, on gagne 4 % par an en termes réels.

C’est un fait : l’immobilier est moins volatil que les produits financiers, car moins exposé à la conjoncture économique, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne présente aucun risque ! En effet, la hausse des prix à la consommation peut tout de même avoir un impact indirect : si l’inflation est incontrôlée, la Banque Centrale Européenne (BCE) peut remonter les taux directeurs, conduisant à une hausse des crédits immobiliers et une baisse du pouvoir d’achat immobilier des ménages français. Ce qui a été fait en juillet, puis en septembre dernier avec une hausse des taux directeurs de 0,75 points.

Malgré tout, même avec un crédit, l’immobilier reste un secteur onéreux, un investissement de ce type nécessitant généralement un apport conséquent. Mais, en 2022, la pierre n’est pas le seul moyen de réaliser un placement immobilier : les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) ont la cote !

Construire un patrimoine immobilier sans contrainte de gestion : les SCPI sont là pour ça. Ces sociétés achètent et gèrent un parc immobilier locatif. Y investir, c’est acheter des parts et détenir alors une partie d’un parc immobilier conséquent pour percevoir des revenus locatifs réguliers. Investissement locatif à part entière, les loyers versés par les SCPI sont également concernés par l’indexation à l’inflation.

Les produits d’épargne

La diversification est votre meilleure alliée face à l’inflation. Les produits d’épargne et de réductions d’impôts sont des actifs des choix dans cet objectif. 

Les produits d’épargne permettent effectivement d’accéder aux marchés financiers qui offrent de meilleures perspectives de rendement, tout en limitant les risques. Cerise sur le gâteau, ils permettent également de faire des économies d’impôt bienvenues !

Le PER - pour Plan d’Épargne Retraite - est le dernier-né de la loi Pacte et vient remplacer les anciens contrats Madelin, Prefon et autres Articles 83. Il permet à l’épargnant de placer les sommes de son choix tout au long de sa vie active pour les débloquer au moment de son départ en retraite.

Horizon de placement de long terme s’il en est, le PER permet de surperformer les rendements du livret A - augmentés à 2 % en août 2022, contre 1 % auparavant - et ainsi valoriser son épargne.

Bon à savoir
Les montants versés sur un PER au cours de l’année sont déductibles du revenu imposable de l’épargnant, lui faisant réduire le montant de son impôt sur le revenu.

Même son de cloche du côté du PEA (Plan d’Épargne en Actions) qui permet d’investir en Bourse sur différents titres :

  • actions d’entreprises européennes,
  • parts de SARL,
  • ETFs,
  • certificats d’investissement de sociétés,
  • parts de FCPR (Fonds Commun de Placement à Risque),
  • parts de FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation),
  • certificats d’investissement de sociétés,
  • actions et parts d’OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières), etc.

Prudence, cependant : ces produits d’épargne restent sensibles aux mouvements de marché. Il y a également un risque de changement de politique monétaire : la BCE a d’ores et déjà confirmé son intention de normaliser la politique monétaire. Ce qui se traduirait par une diminution de ses rachats d’actifs financiers et une baisse de l’injection de liquidités sur les marchés financiers, le but étant de préparer la remontée des taux d’intérêt pour enrayer l’inflation.

Pour protéger au mieux son portefeuille boursier de l’inflation, l’heure est à l’ajustement d’allocation. Les marchés financiers américains sont évidemment à privilégier, car moins touchés par les hausses des prix. Certaines obligations sont même indexées sur l’inflation : on les appelle les obligations break-even, ou point mort.

Il est également conseillé de sécuriser une part des bénéfices réalisés. Si vous détenez un produit d’investissement en gestion libre, il vous sera d’autant plus facile de vous tourner vers des titres moins volatils ou tout simplement de conserver son capital en cash, avant de le réinvestir dans les marchés.

De manière générale, les livrets d’épargne réglementée et les fonds euros de l’assurance vie sont à éviter, car peu intéressants du fait de leurs bas rendements.

Comment s'enrichir en période d'inflation ?

Les secteurs qui profitent de l’inflation

Comme indiqué précédemment, plusieurs secteurs sont à privilégier pour s’assurer de conserver son épargne :

  • les matières premières : malgré leur aspect spéculatif, elles bénéficient de la transition écologique et s’inscrivent dans un horizon à long terme ;
  • l’immobilier : les SCPI et les foncières cotées qui versent des revenus locatifs indexés à l’inflation ;
  • les groupements forestiers : sans lien avec le cours des actions et des obligations, donc pas de fluctuations du marché et une fiscalité attractive en prime, etc.

Obligations et inflation

Il est également intéressant de jeter un œil du côté des obligations indexées sur l’inflation (OII). Émises par des États, ces dernières aident les investisseurs à se protéger de la hausse des prix en indexant leurs intérêts sur le taux d’inflation.

Prudence, cependant : leur prix peut évidemment fluctuer et, bien que les rendements réels soient en augmentation, la valeur de marché de ces titres peut baisser. Mais, si vous conservez une OII jusqu’à son échéance, ces fluctuations de la valeur de marché n’auront pas d’impact et la valeur nominale sera bien reçue par l’investisseur.

Comment la Banque Centrale Européenne lutte-t-elle contre l’inflation ?

En août 2022, l’Insee nous indiquait que l'inflation était de 5,9 % en France, et 9,1 % en zone euro.

En parallèle, l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) évalue le coût de la guerre en Ukraine à plus d’un point de croissance mondiale en un an.

En juillet, puis en septembre 2022, Christine Lagarde, présidente de la Banque Centrale Européenne, a enclenché la hausse des taux dans la zone euro. Une première depuis dix ans. La fin du programme d’achats d’actifs a ainsi été anticipée.

Les achats d’obligations se sont achevés au début du troisième trimestre 2022, d’après les dires de Christine Lagarde, tandis que la hausse des taux débutera quelque temps après la fin de ces achats nets d’actifs.

C’est une nouvelle à laquelle s’attendait le marché. Et pour cause, nombreuses sont les banques centrales à avoir déjà remonté leurs taux.

À noter
Un effort de réduction de la dette publique sera nécessaire en parallèle : la Banque de France annonce un coût supplémentaire d’environ 40 milliards d’euros par an pour chaque hausse de 1 % des taux d’intérêt.

Quelles sont les conséquences de l’inflation sur l’épargne ?

Comment en est-on arrivé là ?

Au lendemain de l’ère Covid, le monde a les yeux braqués sur la guerre en Ukraine. Et les marchés aussi. Le déséquilibre entre l’offre et la demande entraîne une hausse de la valeur des matières premières : les biens et services qui dépendent de ces matières premières voient alors leur prix mécaniquement augmenter aussi.

En cause également, le rebond de la consommation en 2021 et la reconstitution des stocks des entreprises. La demande excède l’offre et les prix de l’énergie et des produits alimentaires s’affolent. En parallèle, les matières premières subissent des pénuries et le contrôle strict de la production de pétrole par les pays de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) conduit à la hausse du prix du baril. 

Enfin, les livraisons russes de gaz à l’Europe avaient déjà alors diminué, tandis que la production d’électricité ralentissait dans le même temps…

Quel impact pour les ménages ?

Le pouvoir d’achat est une inquiétude constante des ménages. Si sa baisse est plus lourde à supporter pour les foyers modestes, l’impact de l’inflation sur l’épargne concerne tous les Français.

Cette influence négative de la valeur de la monnaie met en péril les placements pourtant “sécurisés” de nombreux foyers. En fer de lance, le livret A, et son taux de rémunération porté à 2 %. Hors période d’inflation, les livrets d’épargne réglementés rapportent peu. En ajoutant celle-ci à l’équation, on voit bien qu’investir dans un livret A revient à perdre de l’argent, puisque l’inflation est d’environ 6 % en France, soit 4 % de plus que le taux du “placement préféré des Français”.

Comment calculer l'inflation sur plusieurs années ?

Climb met à votre disposition un outil de simulation d'inflation complet, vous permettant d'avoir un meilleur aperçu de l'impact de la hausse des prix sur votre épargne, vos dépenses et votre reste à vivre.

Sources

Indice de référence des loyers (IRL) - service.public.fr
SCPI : connaître les risques et le rendement de cet investissement – ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance
Qu’est-ce que l’inflation ? - Banque Centrale Européenne
Décisions de politique monétaire - Banque Centrale Européenne
Arrêté du 8 juillet 2020 relatif à la création d'obligations assimilables du Trésor indexées sur l'inflation - Légifrance
Guerre en Ukraine : Conséquences économiques et sociales et implications pour les politiques publiques - OCDE

Nos derniers articles sur l’économie et la gestion des finances personnelles

Prenez les meilleures décisions pour votre argent

Accéder au blog

Pouvoir d'achat : que nous réserve le quinquennat ?

pouvoir d'achat quinquennat

Le 24 mai, le second tour du scrutin présidentiel s’est soldé par la réélection d’Emmanuel Macron. Celle-ci a été annoncée dans un contexte économique difficile, profondément marqué par la guerre en Ukraine et l’inflation galopante aux quatre coins du monde. En Europe tout particulièrement, la hausse des prix inquiète. Les ménages s’alarment …

Lire la suite

5 astuces pour optimiser ses finances personnelles

gestion-abonnements

Avec les différentes crises récemment traversées, l’inflation ne fait qu’accélérer et le pouvoir d’achat des ménages décroît. Nul n’est sans ignorer que ce phénomène a été amplifié par l’actuelle guerre en Ukraine. Pour vous en apercevoir concrètement, c’est très simple, rendez-vous en station service : vous verrez parfois le litre d’essence …

Lire la suite

Foire aux questions

🤝 Quels sont les avantages de l’inflation ?

L’inflation, lorsqu’elle est modérée, peut être bénéfique, notamment en assurant un équilibre entre le niveau d’investissement et le niveau d’épargne. S’il y a un déséquilibre, les taux d’intérêt repartent à la hausse, ce qui peut limiter les investissements. La BCE estime qu’une inflation de 2 % par an est optimale pour que les entreprises anticipent les hausses des prix et que les ménages placent leurs liquidités.

🤷 Quels sont les différents types d’inflation ?

Il en existe trois sortes : l’inflation par les coûts (hausse des coûts de production et donc augmentation des prix de manière générale), l’inflation par la demande (hausse des prix due à une demande qui excède l’offre) et l’inflation monétaire (émission de monnaie trop importante qui lui fait perdre de la valeur).

🤝 Comment se définit l’inflation ?

On parle d’inflation pour expliquer une perte du pouvoir d’achat de la monnaie (qui perd de sa valeur). Autrement dit, les prix des biens et services augmentent de manière générale et surtout durable.

🤷 Quelle est l’origine de l’inflation ?

Certains économistes affirment que l’inflation est due à la création excessive de monnaie, ce qui conduit à la perte progressive de sa valeur. D’autres estiment que c’est un conflit de répartition de la valeur ajoutée qui est en cause. De manière générale, tous s’accordent à dire que la concurrence mondialisée est la principale cause de la montée de l’inflation.