1. Accueil

  2. Qu’est-ce que la finance décentralisée ? (Guide DeFi)

  3. Qu’est-ce qu’une application décentralisée (dApp) ?

Qu’est-ce qu’une application décentralisée (DApp) ? Le guide pour comprendre

Qu’est-ce qu’une application décentralisée (Dapp) ?
Antoine Ferec

Antoine Ferec

Mis à jour le 09 juin 2022

Le web 3 et la finance décentralisée sont composés de plusieurs éléments à connaître pour mieux comprendre leur fonctionnement. Dans cet article, nous abordons l'essentiel sur les applications décentralisées : des programmes similaires aux applications web et mobile telles que nous les connaissons, construits sur une blockchain. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? À quoi servent les DApps ? C’est ce que nous allons vous expliquer tout de suite.

Définition d’une application décentralisée

Les applications décentralisées (DApps) sont des programmes qui fonctionnent sur une blockchain. Le code source, l’infrastructure et les données de l’app ne sont pas regroupés dans les serveurs informatiques inaccessibles d’une entreprise comme Google ou Amazon. Les DApps sont hébergées sur un réseau partagé, ouvert et public : la blockchain.

→ La cryptomonnaie vous intéresse ? Découvrez notre guide d'investissement crypto pour débutant avant de vous lancer.

Les smart contracts et les Dapps

Les smart contracts font partie intégrante de leur fonctionnement. Un smart contract, ou contrat intelligent, est un fichier contenant du code informatique hébergé sur une blockchain. Ces fichiers de code opèrent pour exécuter les actions demandées par leur code, lorsqu’ils rencontrent toutes les conditions nécessaires.

Une fois déployé sur la blockchain, un smart contract ne peut plus être changé, il devient autonome. Le code d'une application décentralisée (DApp) ne peut pas être supprimé. Même si l'équipe qui a fondé l'application se sépare ou quitte le projet, vous pourrez toujours l'utiliser. Une fois qu'une DApp est « envoyée » sur Ethereum, elle y reste.

C’est pour cette raison que les DApps sont « décentralisées ». Elles sont contrôlées par les exécutions des smart contracts qui interagissent ensemble, et non pas par une entreprise qui contrôle le code source et toutes les données des utilisateurs.

Bon à savoir

Un wallet (portefeuille) contenant de la cryptomonnaie, le plus souvent de l’Ether (ETH) est nécessaire pour interagir avec les applications décentralisées. Quelques exemples de wallets : MetaMask, Ledger, Trust Wallet.

L’essentiel à retenir sur les DApps

Les DApps sont des applications digitales qui fonctionnent sur des réseaux d’ordinateurs interconnectés. Leur stockage et leur fonctionnement ne dépendent pas d’une seule entité ou d'un serveur unique.

Visuellement, et du point de vue de l'utilisateur, elles ressemblent aux sites web ou aux applis que nous avons l’habitude d’utiliser. La différence se situe essentiellement dans l’infrastructure qui fait fonctionner la DApp « derrière » l'interface visuelle.

Elles sont développées pour une variété de fonctions :

  • créer des jeux,
  • proposer des services financiers ou des assurances,
  • collectionner des œuvres d’art digitales,
  • communiquer de façon anonyme, etc.

Enfin, la majorité des DApps fonctionnent sur la blockchain Ethereum qui permet l’utilisation de smart contracts.

Les avantages des applications décentralisées sont nombreux

En comparant les dApps avec les applications « classiques », on se rend compte qu’il existe plusieurs bénéfices qui contribuent à la construction d’un web plus efficace, libre et ouvert.

Premièrement, elles ne peuvent pas être censurées ou mises hors service. Le système de réseau décentralisé répartit le stockage sur une blockchain, donc sur une multitude de serveurs interconnectés. Une application centralisée peut au contraire tomber hors service en cas de problème tant que l’erreur n’est pas réparée. Toutefois, cela est uniquement valable si l’ensemble des fichiers sont hébergés sur des serveurs décentralisés.

La sécurité des données est également un sujet important. Le stockage de données centralisé est vulnérable face aux hacks d’informations personnelles fournies par les utilisateurs (identité, photos, vidéos, etc.). La manipulation et la commercialisation de données personnelles est aussi un vaste sujet qui remet souvent en question les pratiques des réseaux sociaux. 

Une DApp n’a en théorie pas besoin d’informations personnelles pour être utilisée, puisqu’il suffit de connecter un portefeuille web 3 (anonyme ou pseudonyme) pour accéder à ses services. En résumé, les données de l’utilisateur ne sont pas confiées à une autorité centrale.

Le fonctionnement est transparent, et incite les développeurs à améliorer ce qui a déjà été créé. Puisque ces applications sont hébergées sur une blockchain, leur code informatique est visible par tout le monde. 

Ici, nous percevons deux avantages notables : premièrement, le fonctionnement d’une DApp est vérifiable sans autorisation préalable. Les smart contracts sont publics. C’est important pour la sécurité des utilisateurs car rappelons-le, les arnaques dans l'industrie des crypto-actifs sont fréquentes. Ainsi, les dApps peuvent être régulièrement auditées par les autorités reconnues dans le domaine de la finance décentralisée pour garantir qu’elles sont sécurisées, ou au contraire signaler un danger.

Ensuite, cela permet aux développeurs d’autres applications ou aux indépendants de se servir tout simplement, en utilisant le code informatique qui est public. Ils peuvent ainsi développer de nouvelles fonctionnalités, ou modifier certains paramètres pour tester leur projet à partir d’un écosystème déjà existant.

Quelles sont les limites actuelles des DApps ?

La maintenance des applications décentralisées peut être problématique. En effet, le code informatique et les données nécessaires au bon fonctionnement sont stockées de manière décentralisée. Ce qui, d'un côté, présente des avantages comme nous l’avons expliqué plus tôt. Sauf qu’en retour, les mises à jour sont plus complexes.

Lors des périodes de congestion sur la blockchain hébergeant la DApp, le réseau peut être saturé. En effet, une DApp qui nécessite beaucoup de ressources et effectue de nombreuses transactions simultanées peut connaître des ralentissements. 

Ainsi, l’expérience utilisateur sur ces applications décentralisées peut être décourageante. La raison est simple : ces écosystèmes ne sont pas encore familiers du grand public, étant donné qu’il faut généralement utiliser plusieurs outils différents pour profiter pleinement des DApps de façon sécurisée.

 

Sources

Introduction to DApps - Ethereum.org
DApp Radar

Foire aux questions

🤷 Comment interagir avec les applications décentralisées ?

Pour qu'un utilisateur puisse interagir avec un smart contract, il faut souvent une interface web « classique », c'est-à-dire un site web. Ce site agira comme un pont entre le smart contract et le navigateur de l’utilisateur, en permettant de connecter un portefeuille web 3 comme MetaMask pour accéder aux services.

🤷 Où trouver les meilleures dApps pour investir en finance décentralisée ?

Plusieurs sites web proposent d’analyser et classer les applications décentralisées en fonction de leur utilité, du type de protocole ou selon la blockchain utilisée. Un exemple : le site dappradar.com (en anglais).

🤝 Pourquoi utiliser Ethereum ?

Cette architecture élimine la nécessité de développer une blockchain entièrement nouvelle pour chaque Dapp. Les développeurs peuvent travailler avec Ethereum, qui est pour eux un système prêt à l'emploi pour accélérer l'intégration et rendre leurs applications opérationnelles plus rapidement.

🤷 Comment créer une application décentralisée ?

Construire une Dapp nécessite des compétences en développement web. Sans entrer dans le détail technique, les étapes nécessaires sont les suivantes : écrire le smart contract, le déployer sur une blockchain de test, créer une interface web fonctionnelle, puis déployer le code du smart contract sur la blockchain utilisée.