1. Accueil

  2. Qu’est-ce que la finance décentralisée ? (Guide DeFi)

La finance décentralisée (DeFi) : notre guide complet

La finance décentralisée (DeFi) : notre guide complet
Antoine Ferec
Antoine Ferecrelu parNicolas Degoul

Mis à jour le 23 novembre 2022

La finance décentralisée - alias DeFi - est une alternative ouverte et globale en marge du système financier traditionnel. Celui-ci est considéré comme restrictif, trop centralisé et vieillissant par les adeptes de la blockchain qui placent leur confiance (et leur argent) dans la DeFi. Leur promesse ? Offrir à toute personne disposant d'un smartphone et d'une connexion Internet la possibilité d’épargner, échanger, investir, prêter, ou encore s’assurer. L’univers de la finance décentralisée est vaste. Et nous n’en sommes qu’au début. Dans ce guide, découvrez de quoi il s’agit, quels sont ses avantages, et comment débuter dans la DeFi.

Qu’est-ce que la finance décentralisée ? 

La finance décentralisée est un nouveau système financier. Il est difficile de donner une définition exacte, cependant nous pouvons résumer la finance décentralisée en trois points essentiels :

  • c’est une alternative au système financier traditionnel : innovant, mondial et accessible à tous grâce à internet ;
  • les produits et services « décentralisés » permettent avant tout à chacun d’épargner, échanger des actifs financiers, prêter et emprunter de l’argent ;
  • le fonctionnement de la finance décentralisée est basé sur des technologies open-source publiques sécurisées : les blockchains.

Pourquoi cette nouvelle façon d’effectuer des transactions financières arrive-t-elle à conquérir de plus en plus d’utilisateurs ? La raison principale est qu’elle propose une alternative crédible au monopole des acteurs du monde de la finance. La DeFi ouvre une porte vers un système plus transparent, plus rapide, moins coûteux, et sans autorité centrale pour réguler son fonctionnement. 

Le contrôle de l’argent revient aux utilisateurs, et non plus aux institutions ou aux grandes banques commerciales.

Pour visualiser comment s’articule la DeFi, il est possible de l’imaginer sous forme de couches :

  1. la blockchain : Ethereum contient l'historique des transactions et l'état des comptes (adresses publiques) ;
  2. les actifs échangés : Ethers et autres tokens ayant le rôle de monnaie ;
  3. les protocoles : les smart contracts donnent accès aux fonctionnalités financières (par exemple un service qui permet le prêt de cryptomonnaies) ;
  4. les applications (DApps) : l’interface que nous utilisons pour accéder aux protocoles (donc aux fonctionnalités) et pour échanger des crypto-actifs.

Ressource

Consultez notre glossaire crypto pour comprendre les termes indispensables de la finance décentralisée.

Comment est née l’idée de « DeFi » ?

Personne n’est officiellement à l’origine de ce système de finance décentralisée. Cependant, nous pouvons discerner quelques inventions majeures qui ont permis de le construire. L’invention de Bitcoin en 2008, puis celle d’Ethereum en 2014 en font partie.

Bitcoin est une cryptomonnaie, mais c’est également un système de paiement qui peut être considéré comme la première application de finance décentralisée. Bitcoin permet de posséder, contrôler et transférer son argent depuis n’importe où dans le monde. Personne n’a besoin de faire confiance à une banque ou une application de paiement, il n’y a aucun intermédiaire pour gérer les transactions. Les algorithmes, les scripts informatiques et les calculs cryptographiques s’occupent de tout.

Tout le monde peut y accéder et personne ne peut, en principe, en changer les règles. Comme pour Ethereum, construit en se basant sur une idée similaire à Bitcoin, avec des fonctionnalités supplémentaires cependant. Ethereum va plus loin que Bitcoin. Ses fonctions de programmation en utilisant des contrats intelligents (appelés « smart contracts »)  permettent de réaliser de nombreuses opérations financières similaires à celles existant dans la finance classique.

Bon à savoir

un smart contract est simplement un programme informatique qui s'exécute sur la blockchain Ethereum. Ses fonctions sont dans le code. Par exemple, il peut automatiquement envoyer de l’argent. Dès que les conditions du smart contract sont réunies, il exécute les actions demandées. Ils peuvent définir des règles, comme un contrat ordinaire, et les faire appliquer automatiquement par le code informatique. On ne peut pas les supprimer de la blockchain, ni les modifier. 

CeFi vs DeFi : quelle différence avec la finance « traditionnelle » ?

Le terme DeFi regroupe un ensemble de produits et services financiers accessibles à tous grâce à une connexion internet. Sans autorité centrale pour contrôler les transactions, les utilisateurs ont accès à la DeFi en permanence. Personne n’ouvre ou ne ferme de bureau. Personne ne vient manuellement valider ou non vos actions.

Avant d’expliquer plus en détail comment fonctionne la finance décentralisée, le plus simple pour la comprendre est de la comparer à la finance dite « centralisée » (CeFi) : un système, que nous utilisons chaque jour pour payer avec une carte bleue, demander un prêt à la consommation, ou acheter une action en bourse.

Finance décentralisée (DeFi)

Finance traditionnelle (CeFi)

Le transfert de fonds de pair-à-pair est presque instantané

Les paiements peuvent prendre plusieurs jours à cause des délais de traitement

Les produits et services sont accessibles en permanence

Les marchés ont des horaires d’ouverture, car les salariés se reposent

Les transactions sont pseudonymes (pas besoin de vérifier l’identité pour y accéder) 

Toute activité financière est reliée à votre identité réelle

Tout le monde peut utiliser les produits et services de la DeFi

Les entreprises et institutions peuvent vous refuser l’accès aux services financiers

N’importe qui peut consulter les transactions effectuées et comment fonctionne le système

Pas de visibilité sur les activités de la banque ou de l’entreprise de gestion, ni à sa trésorerie

Chaque utilisateur détient ses fonds

Les fonds sont détenus par une entreprise

Les algorithmes et les programmes informatiques ne peuvent pas être soudoyés ou corrompus

L’humain est corruptible. Il peut également faire des erreurs 

Que peut-on faire grâce à la finance décentralisée ?

La finance décentralisée offre une alternative à la plupart des services financiers existants. Les développeurs qui construisent sur la blockchain Ethereum testent aussi chaque jour de nouvelles façons d’améliorer les protocoles actuels, voire d’inventer de nouveaux systèmes financiers. Nous n’en sommes qu’aux prémices.

Voici quelques fonctionnalités financières essentielles accessibles grâce à la DeFi.

1. Envoyer de l’argent où l'on souhaite, à tout moment

Ethereum permet de transférer des fonds rapidement entre plusieurs portefeuilles cryptos. Il devient possible d’envoyer 10 € ou 150 000 € en quelques secondes, en entrant l’adresse du portefeuille de destination. C’est aussi simple que d'envoyer un e-mail.

2. Utiliser des cryptomonnaies stables

Les cours des cryptos fluctuent souvent, et parfois de beaucoup. Pour l’instant, il est compliqué de demander un salaire en ether par exemple. C’est pourquoi les stablecoins ont été créés pour résoudre ce problème de volatilité.

Un stablecoin est une « pièce stable ». Sa valeur est corrélée à celle d’un actif financier comme le dollar ou l’euro. Un USD Coin par exemple coûte toujours autour de 1 $. Parfois, il va fluctuer à 0,99 $ ou 1,01 $.

L’USD Coin (USDC) n’est pas une monnaie réellement décentralisée. En effet, c’est l'entreprise Circle qui l'a créé en partenariat avec Coinbase. Car pour qu’un stablecoin ait une valeur réelle, il faut s’assurer que cette valeur réside quelque part (dans un coffre par exemple). Le cabinet de services comptables Grant Thornton LLP, un groupe d'audit et d'experts financiers, publie chaque mois des attestations sur les réserves de dollars américains qui soutiennent le cours des USDC en circulation.

En mars 2022, plus de 50 milliards d’USDC étaient en circulation (source : Circle).

3. Emprunter

Les systèmes financiers décentralisés changent la façon d’emprunter. Aucune des deux parties (ni le prêteur ni l’emprunteur) n’a besoin de se connaître pour se faire confiance : l’emprunteur doit en effet déposer une garantie (collatéral) avant d’emprunter. En cas de défaut de paiement, la contrepartie remboursera automatiquement le prêteur afin qu’il récupère ses capitaux. Il devient alors possible d’emprunter :

  • sans vérification de santé ; 
  • sans être bloqué par un taux d’endettement « trop élevé » ;
  • de façon anonyme ;

4. Épargner

Plusieurs méthodes permettent de toucher des intérêts sur les liquidités que vous laissez travailler pour vous. Un peu comme un livret d’épargne, sauf que les retours sur investissement (en %) sont plus élevés que les produits financiers classiques réglementés. En crypto, un rendement de 4 % par an est standard, voire faible.

5. Trader

Il existe des options plus avancées pour les traders. Les ordres à cours limité, les opérations sur marge et bien d'autres sont possibles. Le trading décentralisé donne au marché mondialisé des cryptos, il ne ferme jamais et vous pouvez garder le contrôle total de vos actifs.

6. Financer une création d'entreprise

Lever des fonds peut s’avérer très compliqué lorsque l’on débute.

La finance décentralisée permet de remédier au manque de trésorerie d’un entrepreneur qui démarre son activité. La levée de fonds est simplifiée, et permet à n’importe quel professionnel de créer son propre token pour diviser son entreprise en parts (et ainsi ouvrir son capital) qui seront vendues aux investisseurs.

La tokenization d’actifs, née avec la blockchain Ethereum, a permis à des projets de se financer grâce à un mécanisme important à connaître : la Security Token Offering (STO). Une STO consiste à émettre des jetons de crypto qui sont une représentation digitale d’actifs financiers d’une entreprise. Ce sont en quelque sorte des actions, que les détenteurs peuvent échanger très facilement et rapidement. Il devient donc simple d’émettre des titres pour financer son projet d’entreprise. Ces titres sont hautement sécurisés, transférables, et réglementés.

Comment fonctionne la DeFi ?

Pour simplifier au mieux, nous pouvons retenir que la DeFi permet d’utiliser des cryptomonnaies et des smart contracts pour bénéficier de services financiers sans intermédiaires qui centralisent les opérations.

Actuellement, toutes les actions ou presque qui impliquent un échange d’argent sont régulées, observées et validées par des institutions financières. Depuis des siècles, nous avons donc confié un pouvoir hors-norme à des intermédiaires privés qui ont tout intérêt à ce que personne ne sache exactement ce que deviennent nos fonds une fois dans « notre » compte en banque, auquel ils ont accès.

Dans la DeFi, les smart contracts sont les seuls intermédiaires qui exécutent les actions demandées. On peut dans une certaine mesure dire qu’ils jouent le rôle d’une banque, d’un assureur, d’un broker ou encore d’un organisme de crédit. Tout le monde peut consulter dans le moindre détail l’état et les conditions d’exécution de ces contrats. Personne ne peut les modifier une fois que le smart contract est en ligne.

Ethereum joue un rôle central

L’une des innovations majeures dans le monde des cryptomonnaies est le développement de la blockchain Ethereum créée par Vitalik Buterin entre 2013 et 2015.

Elle a aujourd’hui son propre jeton (l’ether) et son langage de programmation nommé Solidity. C’est grâce à ce langage que les smart contracts exécutent automatiquement des actions demandées après avoir recueilli les données nécessaires.

Personne ne contrôle Ethereum. Même les investisseurs qui possèdent beaucoup d’ethers ne peuvent pas changer les règles à leur avantage. La blockchain Ethereum est comparable à un livre de compte public mondialisé et partagé. Chaque « compte » et chaque transaction est public.

Les produits et services de la DeFi communiquent grâce à la technologie Ethereum. Ils fonctionnent ensemble de manière transparente. Vous pouvez prêter des jetons sur une plateforme, et échanger le jeton qui garantit votre prêt sur une autre application différente.
C'est un peu comme utiliser les points de fidélité d’une carte essence pour rembourser une mensualité de votre crédit immobilier.

Les risques d’un marché non régulé

C’est tout le but de la finance décentralisée : ne pas reposer sur une autorité centrale. Ce qui, forcément, implique des risques. 

Il s’agit principalement de :

  • la perte impermanente (impermanent loss) due à la volatilité des cours des monnaies utilisées comme collatérales : un prêt peut être clôturé en cas de baisse trop importante ;
  • le risque de manipulations de marché ;
  • les arnaques : le créateur d’un projet récolte des fonds, émet un jeton qui n’a aucune valeur en échange de monnaie réelle ou d’autres cryptos, et disparaît avec les fonds.

En cas de problème, l’investisseur n’a personne vers qui se tourner pour se plaindre. Les plateformes vraiment décentralisées n’ont pas de service après-vente ni de support client.

Un des freins actuels est également le manque de connaissance du grand public concernant les technologies blockchain. Un phénomène logique, puisque nous ne sommes qu’au début de l’adoption de ces protocoles d’échange. Les smart contracts sur Ethereum sont codés dans un langage informatique nommé Solidity. Il faut donc accorder sa confiance aux développeurs (parfois anonymes) et aux consultants blockchain qui comprennent ce langage informatique, sans pouvoir certifier soi-même que les smart contracts sont authentiques et fiables.

Alors que les adeptes de la DeFi prônent les échanges sans entités centralisées comme étant la solution aux dérives du système actuel, cet argument est à nuancer. Il existerait une "illusion de décentralisation" dans certains environnements d’échanges de la DeFi. Une gouvernance centralisée est souvent nécessaire pour prendre des décisions stratégiques et opérationnelles pour développer un projet à grande échelle.
En outre, certaines caractéristiques de DeFi, notamment le mécanisme de consensus, peuvent favoriser une concentration du pouvoir en cas de mauvaise répartition.

Sources

DeFi risks and the decentralisation illusion - www.bis.org
3 Major DeFi Lending Risks That You Should Know - www.101blockchains.com
Aave Liquidity Protocol - Aave.com
USD Coin (USDC), Digital Dollar for global business - www.circle.com
Ethereum.org

Ce guide proposé par Climb n’est pas un conseil en investissement. Même si l'auteur de cet article peut posséder certains actifs mentionnés, ce n'est pas une recommandation d'investissement. Nous tenons à vous rappeler de faire vos propres recherches avant d’investir votre épargne, quel que soit le projet. Chaque investissement comporte un risque. Prenez contact avec un conseiller expert en gestion d'actifs pour une analyse complète de votre patrimoine et de vos objectifs.

Foire aux questions

🤔 Qu’est-ce qu’une DAO ?

D.A.O. sont les trois initiales de « Decentralized Autonomous Organisation ». En français, une organisation autonome décentralisée. Ses règles de gouvernance automatisées de façon immuable et transparente dans une blockchain doivent la rendre incorruptible. Les utilisateurs font confiance au code informatique et aux smarts contracts.

🤷 Quel portefeuille (wallet) utiliser pour accéder à la DeFi ?

MetaMask est probablement le portefeuille crypto le plus utilisé pour accéder à la finance décentralisée. Des alternatives existent toutefois : Coinbase Wallet, Argent, ou encore Brave Wallet et Terra Station Wallet.

🤷 La finance décentralisée peut-elle être régulée ?

Les protocoles et les produits décentralisés existant dans la DeFi n’appartiennent pas à une entité centrale par nature. On ne peut donc pas les contrôler. En revanche, la fiscalité des revenus obtenus par la finance décentralisée ou le commerce de cryptomonnaies peuvent être régulés. Les gouvernements ont donc le pouvoir de ralentir le développement de ce nouveau système financier à grande échelle.

🤷 Qu’est-ce qu’une application décentralisée ?

Une application décentralisée (D-App) est développée en suivant les standards ou les protocoles des blockchains comme Ethereum, Bitcoin ou Cardano. Elles fonctionnent donc sur un réseau décentralisé, leur code est accessible en open-source, et les données stockées sur une blockchain.