1. Accueil

  2. Le guide de la défiscalisation

  3. Quels sont les risques d'un produit de défiscalisation ?

Quels sont les risques d'un produit de défiscalisation ?

risques défiscalisation
Marie Caillet
Marie Cailletrelu parMartin Cortet

Mis à jour le 03 novembre 2022

La défiscalisation consiste à réduire ses impôts, mais, bien qu'intéressante pour vos finances, cette opération n'est pas toujours sans risque. Frais d'entrée à anticiper, capital non garanti, ticket d’entrée élevé... De nombreux écueils peuvent vous mettre en difficulté si vous ne balisez pas le terrain. Voici comment préparer votre stratégie de réduction d'impôt… et la concrétiser avec succès !

Risque n°1 : Choisir un produit de défiscalisation trop risqué

Oui, la défiscalisation permet de réduire ses impôts, et la part de risque fait bien souvent partie du jeu. Mais tous les produits de défiscalisation ne fonctionnent pas de la même façon, et n’impliquent pas les mêmes contraintes. D’où l’importance de bien les choisir.

L'importance d'une stratégie adaptée

En finances personnelles, on demande souvent aux aspirants investisseurs d'évaluer leur niveau de tolérance au risque. Les profils sont répartis en trois catégories : prudent, équilibré ou dynamique. Plus un profil est dynamique, plus il est disposé à investir dans des produits financiers exposant à un risque de perte en capital. 

En défiscalisation, c'est pareil : certains produits sont très volatils, d'autres proches du risque 0. Pour éviter toute déconvenue, posez-vous donc la question sur le type de bénéfices de votre défiscalisation que vous attendez :

  1. Réduire vos impôts simplement, sans avoir à investir ou à bloquer de l'argent sur une longue durée ? 
  2. Optimiser votre défiscalisation pour faire un investissement long terme ? 
  3. Baisser une forte imposition en recherchant le meilleur gain d'impôt possible ? 

En fonction de votre tolérance au risque, vous trouverez votre bonheur dans des produits défiscalisants bien précis. Par exemple :

  • Le don caritatif, qui permet de payer moins d'impôts sans s'engager sur de gros montants et sans risque de perte ;
  • Le Pinel, le PER (Plan Épargne Retraite) ou l'assurance vie pour effectuer un investissement défiscalisé à moyen ou long terme ;
  • Le FCPI (Fonds Commun de Placement dans l'Innovation) pour viser une importante réduction d'impôt moyennant un risque de perte en capital. 

Gare aux sirènes de l'avantage fiscal 

Certains produits de défiscalisation peuvent paraître très appétissants car ils promettent un gros avantage fiscal. C'est par exemple le cas des Sofica, qui peuvent offrir jusqu'à 48 % de réduction d'impôt sur un montant investi. Même chose pour les FCPI ou encore les GFI (Groupements Forestiers d'Investissement) avec leurs 25 % de réduction d'impôt.

Or, prudence : quand l'avantage fiscal est important, le remboursement du capital n’est souvent pas garanti. En général, ce type de produit défiscalisant est plus adapté pour les profils à revenus élevés, payant l'IFI (impôt sur la fortune immobilière), qui cherchent à défiscaliser mais aussi à diversifier leurs produits de défiscalisation. 

Bref, les « meilleurs » produits de défiscalisation sur le papier ne s'adressent pas à tout le monde !

Risque n°2 : Choisir un produit de défiscalisation trop coûteux

Choisissez selon vos capacités

Le risque de perte en capital est une chose. Mais il faut aussi faire attention au montant du ticket d'entrée ! En effet, certains produits de défiscalisation nécessitent de contracter un prêt immobilier, ou encore de débloquer des fonds de plusieurs milliers d'euros. Si votre reste à vivre est déjà serré, ou que vous prévoyez un départ à la retraite ou un lancement d'activité, ce ne sont pas forcément les placements à privilégier. La règle d'or, c'est que les produits de défiscalisation deviennent intéressants lorsqu'on paye plus de 2 500 euros d'impôts.

Pour autant, vous pouvez très bien défiscaliser avec une faible imposition. Dans ce cas, mieux vaut défiscaliser avec un don ou encore un produit comme l'assurance vie qui vous demandera un virement modéré chaque mois, tout en vous garantissant un avantage fiscal sur 8 ans et au-delà.  

Attention aux frais

Un coût peut en cacher un autre ! S’ils ne sont pas mentionnés d'entrée de jeu, ils peuvent plomber vos calculs. Ce sont les différents frais (frais d'entrée, de gestion, de constitution, frais indirects...) qui sont déduits de votre montant d'investissement. Or, s'ils sont trop importants, ils peuvent être équivalents voire supérieurs à la rentabilité de votre placement. Et donc vous faire investir sans plus-value ou, pire, à perte. 

C'est par exemple le cas des FCPI ou FIP (qui, suite à de nombreux écarts, ont vu les frais annuels plafonnés à 3 % après 4 ans), mais cela peut concerner d'autres produits de défiscalisation : lisez attentivement les conditions de souscription avant de signer. 

Bon à savoir
Chez Climb, nous sommes entièrement transparents sur les différents frais inhérents aux produits de défiscalisation que nous vous proposons. Pas de surprises !

Risque n°3 : Ne pas penser sur le long terme

Le risque de l'emprunt longue durée

Ne mélangez pas gain d'impôt et rentabilité ! Avec un emprunt longue durée, la confusion peut être fatale. Exception faite des dons (qui courent sur la durée et les montants de votre choix), la plupart des produits de défiscalisation vous engagent sur plusieurs années : cela peut aller de 5 ans (pour un Plan d’Épargne en Actions) à 12 ans et davantage pour certains produits immobiliers défiscalisants. Or, ceux-ci offrent une réduction d'impôt sur toute cette durée, ce qui fait à la fois leur intérêt... et leur contrainte. 

Prenons par exemple le cas du Pinel, le produit de défiscalisation phare. Si vous achetez un bien neuf ou en VEFA éligible au Pinel, et que vous le mettez en location, vous bénéficiez d'une réduction d'impôt de 12 % sur 6 ans, de 18 % sur 9 ans, et de 21 % sur 12 ans. Certes, vous aurez une réduction d'impôt, mais rien ne dit que votre investissement locatif sera rentable par ailleurs : si vous investissez dans une zone peu porteuse et que votre rentabilité est médiocre, votre réduction d'impôt ne servira qu'à colmater votre déficit. Et vous ne pourrez pas revendre votre bien avant 6 ans, le minimum légal. Rien ne dit non plus que vous réaliserez une plus-value à la revente. 

Autant de raisons pour lesquelles il ne faut pas se laisser aveugler par la réduction d'impôt, mais bien examiner toutes les contraintes liées au dispositif. 

Attention à l'argent bloqué

Tous les produits de défiscalisation ne vous engagent pas forcément sur un crédit. Mais certains, en revanche, fonctionnent comme des produits d'épargne bloqués. C'est-à-dire que vos versements, périodiques ou volontaires, sont stockés pendant plusieurs années sans que vous puissiez effectuer de retrait défiscalisé :

  • 5 ans minimum pour un Plan d'Épargne en Actions,
  • 8 ans minimum pour une assurance vie,
  • âge légal de la retraite (62 ans) pour un Plan d'Épargne Retraite.

Il existe des exceptions qui peuvent vous permettre de récupérer votre mise (décès d'un conjoint, perte d'emploi...), mais cela entraîne la clôture du produit, et donc la perte de tous vos avantages fiscaux

Une contrainte qu'il est important de prendre en compte dans votre stratégie : assurez-vous de ne pas placer toutes vos économies dans ce type de produit en espérant défiscaliser au maximum. Cela peut se retourner contre vous si vous rencontrez des difficultés financières.

Risque n°4 : Être mal accompagné

Les pièges de la défiscalisation à éviter

Contrairement à une idée reçue, la défiscalisation est un procédé légal, et même encouragé par l'État. En revanche, certains professionnels appâtent leur clientèle en appliquant des procédés douteux : 

De façon générale, méfiez-vous lorsqu'on vous contacte directement pour vous proposer un produit de défiscalisation. Prenez également des pincettes avec les promesses marketing. Enfin, vérifiez systématiquement que votre interlocuteur possède un numéro ORIAS (Organisme de Registre unique des Intermédiaires en Assurance banque et finance), qui valide sa légitimité en tant que conseiller. Vous pouvez trouver la liste des partenaires agréés sur le site ORIAS.

Bien choisir son conseiller

En finances, une phrase vaut (littéralement) de l'or : « n'investissez que dans ce que vous comprenez ». Elle s'applique aussi au choix de votre conseiller. Privilégiez un organisme que vous connaissez, dont le sérieux est attesté et dont vous pouvez vérifier la fiabilité : 

  • votre conseiller effectue en priorité votre bilan patrimonial
  • il vous conseille des produits pertinents selon votre situation ;
  • il est transparent sur les risques éventuels liés à tel ou tel produit.

Vous cherchez un accompagnement sur-mesure pour vous aider à bien défiscaliser ? Chez Climb, nos conseillers en finances personnelles sont là pour vous proposer une stratégie de défiscalisation alignée avec vos besoins. De quoi faire fructifier votre argent en toute sérénité ! Sans oublier le simulateur Climb ! Gratuit, simple et rapide, aucune raison de passer à côté. 

Sources

Le dispositif Pinel d’investissement locatif - economie.gouv.fr
Plan d'épargne retraite (PER) - demarches.interieur.gouv.fr
Assurance vie - service-public.fr
ORIAS - orias.fr

Foire aux questions

🤷 Quand faut-il défiscaliser ? 

Comme on l’a dit, il est intéressant de défiscaliser à partir de 2 500 euros d’impôts. Mais, si vous avez une situation financière stable, vous pouvez vous pencher sur certains produits défiscalisants alors que vous en payez moins. Enfin, il est particulièrement intéressant de défiscaliser quand les taux d’intérêt immobilier sont bas et le marché dynamique. 

🤔 Comment défiscaliser pour une entreprise ?

La défiscalisation des dons est autorisée pour les entreprises, à condition de ne pas dépasser 5 % du chiffre d’affaires annuel de la société. En faisant un don à une association ou un organisme éligible, une entreprise peut défiscaliser 60 % du montant de sa donation.

🤔 Comment défiscaliser facilement ?

Pas besoin de vous lancer dans l’immobilier locatif si vous souhaitez défiscaliser sans vous compliquer la vie ! Il existe plusieurs autres supports : l’assurance vie, le PEA, le PER, ou tout simplement la donation à des associations.

🤝 Est-ce le moment d’investir en Pinel ?

C’est même le moment ou jamais ! En effet, en 2023, les conditions d’éligibilité du Pinel vont changer : à conditions égales, elles seront moins intéressantes, ce en raison de la transition du Pinel vers le Super Pinel, qui sera acté en 2024. Le Super Pinel sera appliqué à des logements plus grands, ce qui augmentera le coût d’achat. Bref, vous pouvez réaliser un investissement Pinel avec la meilleure défiscalisation avant la fin de l'année.