Groupement forestier et défiscalisation : investissez vert !

investissement forestier
Aldric Emié

Aldric Emié

Mis à jour le 25 février 2022

Envie de faire respirer votre portefeuille ? Les groupements forestiers sont une forme d'investissement très intéressante, plus par ses avantages fiscaux que par son rendement (en général autour de 2 %) : réduction de l'impôt sur le revenu, absent de la base taxable de l'impôt sur la fortune immobilière et abattement des droits de transmissions sont autant d'arguments qui séduisent. Comment allier investissement éthique et responsable et défiscalisation via les forêts ? Comment y investir en 2022 ? Définition, fiscalité et avantages, Climb décrypte les groupements forestiers pour vous !

Groupements forestiers : quelle défiscalisation ?

En laissant de côté l'immobilier, quels types d'investissements se révèlent les plus intéressants pour défiscaliser ? Parmi les nombreuses réponses, on trouve les groupements forestiers et leur fiscalité avantageuse :

  • Réduction de l'impôt sur le revenu à hauteur de 18 %,
  • Exonération d'impôt sur la fortune immobilière à hauteur de 75 % dans la limite de 101 897 € et de 50 % au-delà, voire de 100 % dans certains cas,
  • Exonération des droits de succession et de donation à hauteur de 75 % sous conditions de détenue depuis 2 ans minimum et de cadre d'un engagement de gestion durable,
  • Abattement de 10 € par hectare forestier détenu et par année de détention sur l'impôt sur la plus-value.

La réduction impôt avec l'investissement forestier

Investir dans un groupement forestier consiste ni plus ni moins à acheter d'une parcelle de bois ou de forêt, via un notaire et une société d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER) ou en passant par une société civile immobilière de groupement forestier. Cette acquisition de nature particulière ouvre ensuite droit à une réduction d'impôt.

L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu (IR) ou d'IFI (impôt sur la fortune immobilière). Le contribuable a le droit à une réduction d'impôt sur le revenu dans le cadre des investissements forestiers suivants :

InvestissementsRéduction d'impôt
Acquisition directe de forêts, de terrains en nature de bois ou de terrains qui sont à boiser.18 % dans la limite de 5 700 € par personne

Un groupement foncier forestier (GFF).

18 % dans la limite de 5 700 € par personne
Une société d'épargne forestière (SEF).
Un Groupement d'intérêt économique et environnemental forestier (GIEEF).
Cotisations d'assurance qui couvrent le risque de tempête76 % dans la limite de 6 250 € par personne
Travaux forestiers payés par le particulier ou par le GFF, GIEEF ou SEF, et effectués dans une propriété d'au moins 10 hectares d'un seul tenant ou d'au moins 4 hectares d'une seul tenant dans le cadre d'une organisation de producteurs.25 %

Qu’est-ce qu’un groupement forestier d’investissement ?

Groupement forestier d'investissement : définition. Tout comme il est possible de détenir des parts d'une PME, de bureaux, d'un commerce ou encore d'un hôtel (via une SCPI), il est possible d'investir à plusieurs dans un groupement forestier. Les particuliers qui ne peuvent ou ne veulent pas procéder à l'acquisition totale d'une parcelle de forêt peuvent choisir la souscription de parts dans un groupement foncier forestier (GFF). La parcelle est achetée en commun par plusieurs associés qui en délèguent la gestion à un administrateur.

Chaque associé bénéficie du rendement de la parcelle au prorata de son investissement.

Bon à savoir

Rendez-vous sur le site de l'AMF pour plus d'informations sur les groupements forestiers d'investissement.

Conditions d'obtention de réduction d'impôt

Pour bénéficier du dispositif, les contribuables doivent acquérir des bois ou forêt ou des terrains nus à boiser. Plusieurs conditions sont exigées :

ConditionsDétails
Surface du terrainDoit être obligatoirement inférieure à 25 hectares.
Unité de gestionAu moins 5 hectares d'un seul tenant ou 10 hectares pour une unité de gestion existante.
Durée de l'investissement8 ans minimum.
Plan de gestionDoit être agréé par le centre régional de propriété forestière.
Obligation de reboisementDans un délai de 3 ans pour les terrains à boiser, puis conservation du terrain pendant 15 ans.

Réduire son Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) avec l'investissement forestier

L'investissement forestier permet également au contribuable d'obtenir une exonération fiscale sur son impôt sur la fortune. L'abattement est de 75 % de la valeur de la forêt pendant toute la durée de sa détention, mais également en cas de donation et succession. Le particulier doit néanmoins s'engager à conserver sa propriété pendant :

  • 30 ans dans le cadre d'un achat direct de terrains,
  • 2 ans s'il passe par un GFF, GIEEF ou un SEF.

Notez que la réduction fiscale obtenue sur l'IFI est cumulable avec celle sur l'impôt sur le revenu. Attention, depuis le 1er janvier 2018, l’investissement en parts de groupements forestiers ne permet plus d’obtenir une réduction directe de l’IFI. Ce n'est pas tout : la loi TEPA dont bénéficiait l’ISF n’a pas été reconduite.

Groupements forestiers : avantages et inconvénients

Pourquoi investir dans une forêt ?

La question se pose pour de nombreux contribuables : pourquoi investir dans les forêts ? En réalité, ce type d'investissement offre bon nombre d'avantages :

  • C'est un investissement accessible de par son ticket d'entrée,
  • En tant qu'acheteur de parts, vous aurez un droit de regard sur la gestion de la constitution du groupement forestier : une assemblée générale se réunit pour prendre les décisions importantes,
  • Vous percevrez des revenus récurrents : bien que peu rentable, un investissement de ce type vous assure de percevoir des revenus sur le long terme,
  • Les réductions fiscales sur l'IR, l'IFI et les droits de succession qu'offrent les groupements forestiers d'investissement.

Les points à surveiller

Tout investissement comporte des risques, et c'est également le cas avec les groupements forestiers. Ici, le capital n'est pas garanti, c'est-à-dire que vous n'avez pas la certitude de récupérer votre mise de base. En outre, un risque naturel est également bien présent : les forêts sont bel et bien soumises aux risques des incendies, tempêtes et autres catastrophes, généralement contrées par une assurance qui limite le risque. 

Enfin, une durée minimum de détention est à respecter si vous souhaitez bénéficier des avantages fiscaux offerts par ce type d'investissement. Le rendement d'un investissement en groupement forestier est également assez faible, mais c'est un bon moyen de diversifier son patrimoine.

Investissement forestier : quel rendement ?

Dans un contexte mondial marqué par de fortes fluctuations économiques, l'investissement forestier constitue, à l'image de l'immobilier, une valeur refuge, stable et durable. À condition de s'engager sur la longue durée, parfois plus longue que celle de la pierre. De plus, tout comme dans celle-ci, la rentabilité d'un investissement de la forêt va dépendre notamment de la qualité et de la localisation du terrain. En général, le rendement d'un investissement forestier oscille entre 1 % et 3 %, 2 % en intégrant un éventuel loyer de chasse / pêche. Selon leur nature, les revenus d’exploitation d’un groupement forestier ne sont pas soumis au même régime d'imposition. 

La coupe de bois par exemple n’est pas directement soumise à l’Impôt sur le Revenu et aux prélèvements sociaux, mais au forfait cadastral. Les revenus tirés de la production forestière (vente de coupes de bois) entrent dans la catégorie des revenus agricoles. Les autres revenus forestiers (chasse, pêche, trésorerie, CAT) sont soumis au régime de droit commun pour les revenus fonciers et les capitaux immobiliers et au régime réel ou microfoncier.

Pour autant, n'espérez pas investir des milliers d'euros : l'investissement en groupement forestier et la vente des bois ne rapportent pas des milliards d'euros, il s'agit avant tout d'un placement atypique pouvant diversifier son patrimoine, mais aussi un placement à risque.

Le cas des groupements forestiers agricoles et familiaux

Votre surface forestière couvre des terres agricoles, comme des champs ? Vous pouvez alors opter pour un groupement foncier rural (GFR) qui rassemble les avantages fiscaux du groupement foncier forestier (GFF) et du groupement foncier agricole (GFA).

Vous achetez votre parcelle ensemble entre membres d'une même famille ? Le groupement forestier familial, dit de conservation, permet d'éviter le régime de l'indivision lors d'un achat groupé en familles. Lors d'une donation ou d'une succession, les associés bénéficient d'un abattement de 75 % de la valeur taxable au titre des droits de mutation.

► Pas tenté par la pierre-papier ? Découvrez tous les investissements de défiscalisation hors immobilier :

Foire aux questions

🤔 Comment créer un groupement forestier ?

Dans un premier temps, il faudra définir les biens constituant le groupement et les associés (deux minimum). Ensuite, la dénomination, le siège social et la forme juridique du groupement forestier doivent être décidés. Le capital social du groupement dépend des apports des associés, ce qui constitue la valeur du patrimoine.

🤝 Comment investir dans la forêt ?

Plusieurs possibilités s'offrent à vous : l'achat de parcelles, en passant par une société de gestion spécialisée ou bien l'achat de parts de groupements forestiers gérés par des professionnels qui se chargent de leur gestion.

🤔 Peut-on investir en groupement forestier viticole ?

Bien sûr ! Mais il faudra vous tourner vers les Groupements Fonciers Viticoles, ou GFV, qui fonctionnent de la même manière que les groupements forestiers : vous trouverez de nombreux avis d'investisseurs sur internet. Diversifier son patrimoine tout en détendant des parts de société détentrice de domaines viticoles est un investissement permettant également de défiscaliser !

🤷 Comment déclarer ses parts de groupement forestiers ?

Vous devez indiquer le montant des sommes investies sur la déclaration n°2042 C au moment de la déclaration de revenus.